L’école dans le monde qui vient: Michel Serres VS Alain Finkielkraut

Samedi sur twitter @Desert_de_sel et @Silvae ont eu une conversation sympa suite à l’échange entre Michel Serres et Alain Finkielkraut dans Répliques diffusé sur France Culture le 8/12/12, dont voici un extrait:

@Desert_de_sel sur twitter recommandait vivement son écoute pour les enseignants!

J’ai donc profité d’un moment de répit (sieste de pitchoun) et pris 52 min et 30 secondes pour écouter sur le site de France Culture la rediff’ de l’émission radio. Un pur moment!! (je fonce dès que je peux à la BM pour ré-emprunter Petite Poucette!)

Pour Michel Serres, la révolution numérique marque l’entrée dans un nouvelle ère, au même titre que la révolution de l’écriture et de l’imprimerie en leur temps. Nous sommes dans une période de bifurcation, qu’il faut comprendre. Il rappelle à ce cher Monsieur Finkielkraut (qui joue le rôle de grand-papa ronchon) que les bifurcations antérieures vers la société de l’écriture puis celle de l’imprimerie ont également été incomprises par des grands-papa ronchons de l’époque (Socrate par exemple, qui ne voulait rien avoir à faire avec l’écriture).

Il rappelle aussi à juste titre que le numérique induit chez l’apprenant la présomption de compétences (cf Petite Poucette) qu’il faut prendre en compte dans notre exercice pédagogique. C’est à dire qu’un élève peut dorénavant arriver en cours et avoir fait au préalable des recherches sur le thème du cours en question au même titre qu’un patient irait chez le médecin en ayant effectué en amont des recherches sur ses symptômes. Il faut donc un « rééquilibrement » pédagogique. Point sur lequel A.F s’oppose par la défense d’une pédagogie traditionnelle et magistrale… Bref…

Montaigne disait qu’il valait mieux une tête bien faite plutôt qu’un tête bien pleine. Aujourd’hui le web est pour Michel Serres une tête externalisée. Le rapport au savoir a changé par l’externalisation du cognitif. Notre pédagogie doit en tenir compte.

Sans rentrer dans les détails (vous pouvez réécouter l’émission ici), j’ai quand même bien rigolé, notamment à deux moment.

  • A. Finkielkraut évoque le livre de Mara Goyet, professeur d’histoire-géographie, Collège brutal, dans lequel elle dit que les chambres des adolescents d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec celle de Proust (sans blagues!), que les adolescents évoluent dans un « brouhaha écœurant » fait « d’échanges stériles et formatés« . Force est de constater que Mr Finkielkraut est tout à fait convaincu par ce discours. Ce sur quoi M. Serres lui répond qu’il est « fantastiquement ronchon » et que ce discours est haineux.
  • Autre point à retenir: Mr. Finkielkraut évoque le copier-coller. Mr Serres ne se fait pas prier pour lui faire remarquer que les citations à tire-larigot dans les thèses et autres écrits s’apparentent également à du copier-coller et qu’on n’a pas attendu le numérique pour en faire usage. Si la citation est un exercice de style, il en va de même pour le copier-coller. Et vlan! Ça c’est dit. (A propos du copier-coller et de son usage pédagogique, lire les articles de Didacdoc Du copier-coller au copier-créer, histoire d’une démarche, ainsi que Copier-coller, copier-reformuler, copier-créer : un exemple de séquence (1)  [mis en ligne le 14/12/12])

Bref, je vous invite vivement si ce n’est pas fait à écouter la rediff’ de cette émission.

Vous pouvez également lire le Discours sur la vertu tenu par Michel Serres à l’Académie française le jeudi 6 décembre 2012, dont il est fait mention dans L’école dans le monde qui vient.

Je vous renvoie également vers un entretien avec Michel Serres paru sur Libé en septembre 2011 Petite Poucette, la génération mutante.

Publicités

Techniques documentaires (sixième)

Dans notre collège, nous ne parlons pas d’initiation à la recherche documentaire, mais de techniques documentaires. Ce terme me plaît assez. Nous avons la chance ma collègue et moi-même d’avoir une heure de techniques documentaires inscrite à l’emploi du temps des classes de sixième par quinzaine. (Dans mon premier établissement, il avait fallu que je me batte avec les heures de permanence etc… pour caler des heures d’IRD. Il y a d’ailleurs eu une classe avec qui je n ‘ai rien pu faire!)

J’ai donc saisi cette occasion pour  mettre en place une progression des apprentissages, progression qui reste en perpétuelle évolution.Pour chaque séance, je vous proposerai un billet présentant le déroulement de la séance et les documents de travail.

Voici donc ce que j’ai mis en place à la rentrée dernière:

Séance 1: à la découverte du CDI

-> Comprendre le fonctionnement et les règles de vie du CDI

-> Identifier les différents espaces du CDI

Séance 2 et 3: un document c’est quoi?

-> Caractériser et identifier le document

  • Un document, c’est quoi?
  • Évolution des supports

Séance 4:Le classement des ouvrages au CDI

-> Comprendre la signalétique et les systèmes de classement

  • Le classement des ouvrages de fiction
  • Le classement des ouvrages documentaires

Séance 5: des outils pour trouver l’information

-> Découvrir le mode de recherche simple sur le logiciel documentaire du CDI

-> Découvrir le fonctionnement d’un moteur de recherche

  • Retrouver un document avec le logiciel documentaire du CDI
  • Utiliser un moteur de recherche

A suivre….