Théonet, un journal scolaire numérique transmédia?

La petite histoire de Théonet

logo théonet paysage_Fotor_20130420

Théonet, c’est LE journal numérique du lycée. Le projet, encadré par mon collègue professeur documentaliste (à temps plein au lycée) existe depuis 14 mois. Le premier numéro est paru en avril 2012.

Il est porté à la base par deux élèves du lycée, Florian et François, qui au collège, avaient déjà créé un journal scolaire, mais au format papier. C’est tout naturellement qu’à leur entrée en seconde, ils ont décidé de se lancer. Ils sont donc allés à la rencontre des professeurs documentalistes. Profitant de l’ opportunité de partir sur un nouveau projet ils ont voulu créer un journal numérique.

« L’idée de créer un journal scolaire est venue de François et moi. Nous avions déjà créé un journal scolaire au collège Desaix à Tarbes, mais il était au format papier. Nous avons donc décidé de repartir de zéro – Créer un journal en phase avec son époque – c’est à dire numérique. »

Théonet c’est une rédaction composée d’un directeur de publication (la proviseure), d’une directeur d’édition, d’un rédacteur en chef, d’une vingtaine de journalistes réguliers ou correspondants, de cinq correcteurs et de 4 webmasters. L’équipe est composée essentiellement d’élèves, les enseignants ayant plutôt pour mission d’encadrer le projets et de corriger les articles avant publication. Elle se réunit régulièrement (au CDI) pour faire le bilan du numéro précédent et préparer les prochains. Le suivi des articles se fait généralement par mail, et les  fichiers sont déposés sur Dropbox.

 

chiffres

Peut-on parler d’un journal numérique transmédia?

Si on reprend la notion de « transmédia », on se rend compte qu’il s’agit d’un terme dont la définition est encore mouvante: dans « Le transmédia dans tous ses états » (Les cahiers de veille de la fondation Télécom de mai 2012), on nous précise que ce terme est souvent repris à tort et à travers par le monde du marketing et celui de la publicité. Car avec le transmédia il ne s’agit pas de proposer un même contenu sur plusieurs supports numériques distincts. Ça c’est ce qu’on appelle le crossmédia ou plurimédia. Non, avec le transmédia, on se place dans un scénario d’écriture nouvelle, et on parle de narration transmédia (ou storytelling transmedia). Henry Jenkins précise en 2003: « Une histoire transmédia se développe sur plusieurs supports médias, chaque scénario apportant une contribution distincte et précieuse à l’ensemble du récit » et que les « éléments […] sont dispersés sur diverses plateformes médiatiques dans le but de créer une expérience de divertissement coordonnée et unifiée. »

Alors peut-on dire que Théonet propose une expérience de divertissement coordonnée et unifiée? Oui, car il est présent sur plusieurs supports médias mais surtout il propose des contenus différents et/ou complémentaires sur chacun.

Faisons le tour de la présence numérique de Théonet:

  • Théonet, c’est d’abord un journal au format numérique avec une mise en page et une présentation sous forme de livre. (Utilisation d’un logiciel gratuit, Issuu) On le trouve à deux endroits: sur le site d’Issuu et sur le blog, onglet « Le journal numérique« 

journal numérique

  • Théonet, c’est aussi un blog (réalisé via Blogger, service de Google).  Il est organisé autour de plusieurs rubriques: accueil, le journal numérique, cinéma, les nouvelles technologies (je ne dirais pas lequel des deux F. est friand de nouvelles technologies et fan inconditionnel d’Apple, il se reconnaitra!), Web série, Théonet Live (toutes les actualités du lycée), A vos agendas (les actualités au sein de l’établissement et les actualités culturelles locales) Qui sommes-nous?

blog

P.S: on remarquera dans la rubrique « Théonet Live » la « publicité » pour les séances sur le harcèlement et le cyber-harcèlement 🙂

  • Théonet, c’est aussi une chaîne You Tube qui propose: les interviews filmées, les épisodes et bêtisiers de la web série, les bandes annonces de chaque nouveau numéro…

you tube

Bon en fait, c’est encore eux qui se présentent le mieux!

Focus sur la web série

L’idée d’une web série a germé dans la tête de nos apprentis journaliste au moment où ils ont souhaité augmenter leur audience au sein du lycée.

« L’idée d’une web série est apparue avec ces questions: Quelles sont les personnes qui ne lisent pas Théonet? Pourquoi ne lisent-elles pas Théonet?  Comment créer quelque chose d’intéressant et de divertissant? »

C’est donc une sorte de valeur ajoutée et une singularité du journal numérique du lycée, son but étant de divertir mais également d’attirer de nouveaux lecteurs. Autant dire que grâce au premier épisode, Théonet a fait le « buzz » au lycée, autant du côté des élèves que des enseignants.

« Notre hypothèse s’est révélée juste: 700 vues pour notre web série en seulement quelques jours, 800 pages vues sur notre page web seulement 24h àprès le lancement de notre n°8« 

Voilà donc le premier épisode de la web série « Inside Théonet », réalisé entièrement par les élèves.

Et ce n’est pas fini…

Ultra motivés, ils tentent de créer une version de Théonet pour tablettes numériques tout en étant pleinement conscients de la difficulté du projet et de la complexité de la distribution d’une telle version.

 » Les vidéos et les interviews seront intégrées dans le corps du texte« 

De mon côté, je les côtoie régulièrement au CDI et je profite de ce billet pour encore une fois les féliciter et les encourager dans leur projet. Je les vois s’investir au quotidien, sans délaisser les cours et leur travail personnel. Ils ont tout mené de front, T.P.E, épreuves du bac etc… Suivi de la déception lors des résultats nationaux du concours Varennes… Mais ce n’est que partie remise, ils y reviendront l’an prochain!

Une petite précision « juridique »: nos élèves sont très soucieux des questions relatives au droit d’auteur. Ils choisissent soigneusement les images / bandes sonores sur des sites proposant des œuvres « libres de droit » (Flick’r, Wikimédia commons, Jamendo pour la musique des vidéos). Le droit à l’image des lycéens est scrupuleusement respecté (autorisations distinctes pour les mineurs et pour les majeurs).

12ème semaine au(x) CDI

Mardi:

Y’a des jours comme ça où on n’y est pas vraiment, où on a pas envie, mais on fait quand même. On voit tout ce qu’il y a à faire et on ne sait par où commencer. Ce mardi fut un de ces jours là

J’ai quand même mené deux présentations sur le harcèlement et le cyberharcèlement, et commencé à rassembler des informations pour nos articles dans Théonet. D’ailleurs, concernant le bollywood, je vous conseille l’ouvrage d’Ophélie Wiel, Bollywood et les autres chez Buchet et Chastel (de 2011). Je l’avais conseillé sur une liste de diffusion (voir ici toutes les propositions bibliographiques sur ce thème).

Au collège, les 6ème segpa étaient au RDV. Comme je m’y attendais, beaucoup d’élèves n’ont pas rempli la petite fiche de recherche sur Google (une fiche simplifiée par rapport à celle que je propose habituellement). Mais certains ont joué le jeu, et l’argument « j’ai pas internet à la maison » n’était pas valable, puisqu’une des élève concernée par le problème est venue remplir sa fiche au CDI et ce, en 5 min chrono (donc l’excuse du « c’est trop long » n’est pas valable non plus!). L’après-midi (qui ne dure que 3 heures et qui passe donc à une vitesse affolante) s’est terminée par une heure d’information syndicale.

Mercredi:

Une matinée bien remplie.

J’ai poursuivi avec les séances 5 et 6 de ma progression en « techniques documentaires » avec les 6ème.Une séance qui s’est très bien passée et où j’ai eu la satisfaction d’avoir toute l’attention des élèves. Mais également beaucoup de participation. Je sens que ces thèmes les intéressent car ils font partie de leur quotidien. Certains ont proposé de demander à leurs parents comment étaient leur vie avant et après internet (tiens ça me rappelle le projet « Contre-histoire de l’internet » sur Arte, dont le documentaire est à voir et à revoir ici)

Les élèves de quatrième ont poursuivi leur projet sur l’Australie (rédaction des textes à partir de leur carte mentale, et réflexion sur la disposition des éléments sur le panneau d’exposition). Avec cette classe, c’est assez marrant: je les accueille sur une heure d’étude, en groupe. Sauf que depuis le début des recherches, les élèves du groupe 1 veulent continuer alors que c’est au tour du groupe 2 et vice-versa Je laisse faire, trop contente que ce soit leur initiative. Bien entendu, je n’ai pas suffisamment de postes informatiques au CDI, donc ils s’arrangent entre eux avec priorité pour le groupe prévu initialement.

Jeudi:

Ce matin, nous avons reçu un auteur, Luc Blanvillain (Crime et jeans slim, Un amour de geek …), dans le cadre du prix littéraire Tout en auteurs. Je n’ai assisté qu’à la fin de la rencontre, ayant une séance avec les sixièmes. Un moment fort sympathique.

J’ai terminé aujourd’hui de présenter à toutes mes classes de sixième les séances 5 et 6. Un bilan plutôt positif, comme je l’ai déjà dit, mais des séances à peaufiner encore et toujours, comme toutes séances d’ailleurs.

Cette semaine, « LE » sujet  sur notre notre liste de diff’ non modéré fut (et est encore) une planche de la BD Cucaracha de Science et vie junior, SVJ pour les intimes, qui évoque le fondamentalisme.. Il faut lire à ce propos le billet d’LN Quelle urgence à enseigner les médias et pas seulement avec les médias..? où il est également question de l’étude de controverse avec nos élèves  ainsi que d’éducation aux médias.  Sur la liste il est plutôt question de censure ou pas censure, enfer ou pas enfer.

En début de semaine, c’était le Rendez-vous « Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information » à Lyon. De mon côté, je n’y étais pas, mais twitter nous a sauvé la mise en nous permettant de suivre l’évènement à distance, via des LiveTweet (#EMICONF2013) et une retransmission en direct des tables rondes. On peut consulter le compte-rendu du café pédagogique, tout en déplorant l’absence de l’intervention d’Alexandre Serres , alors qu’il a évoqué le rôle des professeurs-documentalistes. N’hésitez pas non plus à allez lire l’article de la FADBEN Pour un enseignement de l’information et des médias.

Cette semaine fut également encore riche en échanges et initiatives professionnelles ! Que tout ceux qui enrichissent ma réflexion et ma pratique soient remerciés!

11ème semaine au(x) CDI

Lundi

La journée a débuté par la toute dernière séance (de l’année) Publicité et internet: souriez vous êtes ciblés. Avec la classe mobile, aucun problème technique majeur à signaler.

A midi, la rédaction de Théonet s’est réunie pour la préparation du prochain et dernier numéro de l’année. Je vais pour ma part prendre le temps de rédiger quelques articles avec les élèves: un sur les QR codes touristiques dans la ville de Tarbes avec une occasion de placer le concept de « réalité augmentée » (voir à ce sujet l‘article récent de Muriel Almayrac sur Docs pour docs) et un autre sur le bollywood et sa place dans la société indienne. Une petite période stressante pour les élèves du journal numérique du lycée puisque les résultats du concours Varenne tombent demain.

Début des séances d’information sur le harcèlement et le cyberharcèlement. Vous pouvez retrouver le prezi de la séance ici. Pour rappel, il s’agit d’une présentation d’une heure réalisée en collaboration étroite avec les CPE, l’assistante sociale et l’infirmière, qui fait suite à une action départementale.

Un peu d’appréhension pour cette première puisque j’avais un doute sur la pertinence de  mon introduction sur la présence et l’identité numérique. Est-ce logique? La transition est-elle fluide? Avec l’application pratique je me dis qu’elle n’est en tout cas pas déplacée mais qu’elle peut-être améliorée.. Elle me permet cependant de sonder les élèves autour de leur présence sur le web: ils utilisent majoritairement facebook (certains de l’utilisent pas, par choix), assez peu utilisent twitter et encore moins sur tumblr, google +, flick’r et aucun sur babelio!

Pour cette première, on a eu droit à quelques problèmes organisationnels (professeur qui a oublié de venir avec ses élèves) et techniques (problème avec la vidéo projection mais j’ai vite trouvé la solution, ouf!).

Sinon, j’ai fini de re-coter toutes les BD. Ça c’est fait, et je suis contente (j’en ai marre de ce mélange de cotes faites à la main avec celles informatisées de ces dernières années, je trouve que ce n’est ni joli, ni attrayant).

Mardi

Enchainement des séances harcèlement et cyberharcèlement (3 le matin et 4 l’après-midi pour mon collègue, je serai au collège!). Matinée d’attente des résultats du concours Varennes, mais en vain, on a beau actualiser la page toute les 5 minutes, rien ne se passe!

L’après-midi, j’ai attendu les élèves de la classe de 6ème segpa en salle info pour poursuivre sur la séance précédente (vocabulaire du net). J’ai attendu 15 minutes (ils font parfois une pause avant de monter en salle info ou de venir au CDI), mais ils ne sont jamais venus… En fait, leur professeur a oublié de me prévenir qu’elle serait absente et ils sont donc tous rentrés chez eux… Pas grave, je suis retournée au CDI et des élèves sont venus continuer ou terminer des exposés (sur l’Australie, sur l’eau …).

La journée s’est terminée par l’AP lecture. J’ai proposé au deuxième groupe le projet de lecture à voix haute dans une école maternelle. Ils valident. On a lu ensemble un album de Tomi Ungerer, Otto (au passage, cet album est vraiment sympa!). Un des élèves l’avait emprunté et ils ont voulu, d’un commun accord qu’on lise ce livre aujourd’hui. Du coup je ne poursuis pas sur mes idées initiales avec la petite pièce de théâtre: pas assez de temps, et j’aime bien le côté spontanée des demandes et des envies des élèves sur ce temps d’AP.

Mardi soir: mauvaise nouvelle, Théonet ne remporte pas le prix Varennes du journal scolaire dans la catégorie journal numérique. Déception, car le journal en plus de ne pas être primé, n’est ni nommé, ni encouragé.

Mercredi

Encore un mercredi avec un enchainement de séances: clôture du projet d’écriture collaborative, poursuite des recherches sur l’Australie avec une classe de quatrième (fin de l’élaboration de la carte mentale et début de rédaction des textes du panneau d’exposition).

J’ai également présenté les séance 5 et 6 à mon premier demi-groupe de sixième. J’ai passé du temps à les préparer, à me les approprier. Et je suis plutôt contente de son déroulement. Les élèves m’ont paru intéressés, curieux et ils ont beaucoup participé. En général mes séances se bonifient au fur et à mesure que je les présente (en moyenne entre 4 et 5 fois), grâce à la répétition et au recul. J’espère que ce sera également le cas pour celles-ci.

Jeudi

Ma collège était absente toute la journée car elle accompagnait une sortie à Toulouse autour d’un projet sur l’eau. Pas de séances, beaucoup d’accueil. Pour une fois, j’ai préparé une séance (le sixième postée hier!) au CDI. J’ai accueilli des élèves en simultané et je les ai parfois renseignés, parfois aidés en même temps. Encore une petite « panne » du serveur de la base documentaire, mais vu toutes les tâches attenantes, le fait de ne pas pourvoir saisir de notices n’était pas une fatalité. Cette panne a d’ailleurs fait l’objet de petits traits d »humour fort sympathiques (et ce n’est pas ironique!) sur la liste de diffusion académique du logiciel!

Fin de la journée, et déjà le weekend (rallongé!). Profitez bien!

Séance 6: Culture Net’ – (Re)Découvrons Google – (Techniques documentaires 6ème)

Cette séance s’appuie largement sur des séances et réflexions de collègues. Dans le désordre, voir:

– Le Scoop It Etudions Google de Mes Docs de Doc et plus précisément sur le scoop qui décrit une planification de séquence sur l’étude de Google.

– Sur le blog l’Odyssée d’LN, voir l’article « Le fonctionnement de Google: questionnement sur la requête »

– Sur le site du CDI Matisse, une séance d’ARD: Le moteur de recherche, Qui es-tu Google?

page 1

  • Dans un premier temps, je leur demande de nommer des moteurs de recherche qu’ils connaissent (reprise de l’activité p’tit bac, mais cette fois, pas de papier et de photocopie, on fait l’exercice à l’oral et on affiche les résultats au fur et à mesuregrâce au diaporama animé). On visite à chaque fois  la page d’accueil de ces moteurs.. Je prends un peu de temps pour leur présenter Qwant qui a la particularité de présenter ses résultats en colonne, dont une propose exclusivement des résultats issus des réseaux sociaux et Bing avec son interface très graphique et interactive (un essai de concurrence des Doodles de Google??)

page 2

  • Ensuite, les élèves sont amenés à effectuer quelques recherches à la maison. La séance, (d’1h30 environ) s’interrompt à ce moment et sera reprise la fois prochaine (enchainement direct entre les séances 5 et 6 comme indiqué dans le billet précédent). La fiche de recherche ci-dessous est directement inspirée de la fiche de recherches d’informations « Apprendre à connaître Google (1) Qui es-tu « Google »? » proposées par MDD. Je l’ai adaptée à mes élèves et j’ai rajouté toute une partie sur les « conditions de travail » chez Google, pour leur faire comprendre les enjeux de l’entreprise (une politique de bien-être pour fidéliser les salariés, accoître leur productivité etc…) et leur montrer le « gigantisme » de cette société.

fiche de recherche d'information

recherche d’information GOOGLE

  • En début de séance, nous reprenons les résultats de leurs recherches et nous les précisons.

google entreprisegoogle services

  • Dans un troisième et dernier temps, j’ai décidé de leur parler du web sémantique à partir de l’exemple du Knowledge Graph. J’ai lu récemment un article très intéressant sur Abondance, Du moteur de recherche aux moteurs de réponses et de recommandations, d’Olivier Andrieu. Et j’ai vraiment envie de leur présenter cet aspect nouveau du web et de les ammener à se poser des questions sur Google, sa suprématie. A mon sens, ce knolewdge graph développé par Google vise à lui permettre de se rendre encore plus indispensable aux yeux des utilisateurs. Pourquoi aller consulter un autre moteur de rec herche si Google peut nous fournir une réponse directe. D’ailleurs s’agit-il vraiment d’une réponse? A ce sujet on peut lire le récent billet d’O. Ertzscheid, Une question sans réponse. Une seule. Il s’interroge sur le sens à donner à la notion même de réponse. Le knolewdge graph, qu’il nomme « pavé sémantique » constitue-t-il vraiment une réponse? Le débat est ouvert.

page 3page 4

Volontairement, j’ai décidé de ne pas aborder le fonctionnement d’un moteur de recherche, par manque de temps et parce que je pense que mes élèves de 6ème ne saisiront pas vraiment ce concept. Je m’attacherai, lors de la prochaine (et probable dernière séance) à développer un peu la notion de classement de l’information sur le web (indexation automatique / humaine, notion de pertinence, de popularité).

Séance 5: Culture Net’ – Le vocabulaire d’Internet et du Web – (techniques documentaires 6ème)

J’entame un nouveau cycle de séances autour d’internet, que je baptise « Culture Net' », juste pour le fun. On arrive en fin d’année donc je ne pourrais probablement pas faire tout ce que je voudrais.  Je découpe les séances une par une mais il s’agit bien d’un ensemble. Certaines séances, dont celle-ci, sont courtes, une autre peut donc suivre pendant la même heure!

La réflexion autour d’internet, des moteurs de recherche et du classement de l’information sur le web est déjà bien initiée sur la blogosphère des professeurs-documentaliste, et je me suis appuyée sur ce qui existe déjà, en adaptant tout ceci à mes élèves.

On peut consulter l’article de Docs pour docs « Comment enseigner Google? » sur lequel je me suis beaucoup appuyée (ainsi que sur tous les sites proposés au sein de l’article).

C’est la première fois que j’aborde ces notions dans le cadre de ces séances avec les sixièmes, donc je considère ce qui suit comme étant une première expérience, qui évoluera sans doute au fil des années… et qui doit être poursuivie dans les niveaux suivant, jusqu’à la terminale, en complexifiant ces notions de façon progressive.

Pour cette séance initiale sur internet, il sera question de vocabulaire et d’éléments « historiques ».
Voici donc son déroulement

  • La séance débute par la projection d’un diaporama Pour une petite histoire d’internet.Il me permet d’introduire des éléments de culture générale, d’éveiller leur curiosité concernant l’histoire d’internet et du web (ce dernier a d’ailleurs fêté les 20 ans de son entrée dans le domaine public le 30 avril 2013) et de leur présenter de façon très générale des outils de recherche de la « première génération » (je leur parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître 🙂 )

page 1 page 2

Sur cette deuxième diapo, je m’attarde quelques instants sur la notion de domaine « public ». Sans entrer dans des considérations trop techniques pour des élèves de sixième, je leur demande simplement de m’expliquer, selon eux, pourquoi on dit que le web devient « public ». Je complète en leur expliquant qu’en 1993, Internet existe déjà depuis un petit moment (ARPANET, projet militaire au États-Unis etc…) et que le web est déjà en service mais seulement accessible à certaines catégories de personnes (scientifiques etc…)

Aparté: avec d’autres niveaux, on peut étoffer le concept en approfondissant plus particulièrement la notion de « Domaine public » et non pas seulement la notion du caractère  « public » du web, comme je le fais ici.

page 3 page 4

  • Les élèves décrivent en quelques mots leur parcours pour accéder au web. (Par exemple: J’allume mon PC; il se connecte automatiquement à Internet / je sélectionne un réseau wi-fi; je lance mon navigateur de recherche; je saisis ma requête dans un moteur de recherche… [quoique je m’attends fortement à « je me connecte à Google« , d’après un test réalisé à la maison :)] Je souhaite partir des représentations et des usages des élèves, avant de leur proposer un petit exercice sous forme de mots croisés.

mots croisés grille

mots croisés texte

Cette séance est donc très courte, et suivie de très près par la séance 6: Les moteurs de recherche (à venir prochainement), qui elle sera plus longue et prendra probablement 1h30 / 2h

10ème semaine au(x) CDI

Une semaine de reprise toute en douceur, puisque pour moi, c’est déjà le weekend!

Lundi

Reprise au lycée, pour une journée sans séance (une fois n’est pas coutume:) ) et sans grand monde d’ailleurs au CDI. Ceci s’explique par les bacs blancs! J’en ai donc profité pour m’occuper de la dernière commande, arrivée avant les vacances. Une petite frayeur lorsque l’accès à la base documentaire n’était plus possible, et ce dans l’ensemble de l’académie. Heureusement la coupure n’a pas duré la journée entière!

J’en ai également profité pour découvrir le dernier numéro du journal numérique avec les élèves. C’est celui-ci qui sera évalué pour le concours Varennes. Ils y ont apportés quelques petites modifications. Découverte également du premier épisode de leur web série. Un billet sur leur formidable travail sera réalisé, mais à la fin du concours!

Mardi

Au lycée, une matinée assez semblable à la journée de lundi. Une collègue de français est venue au CDI en fin de matinée, afin que ces élèves de seconde puissent présenter un de leur travail à  l’oral. Le matériel de vidéoprojection de sa salle étant défaillant et le matériel dans un état pas très glorieux (souris manquante, touches inversées…) elle s’est repliée sur le CDI en dernier recours!  J’en ai profité pour leur présenter l’infographie « Présenter un exposé à l’oral » en fin de séance, ayant tendu une oreille en rangeant quelques bouquins! Voix toute petite, lecture des notes, élèves cachés derrière leur feuille ou s’adressant à leur pied! C’est un exercice pas facile, mais l’an prochain, c’est ainsi qu’ils seront évalués pour les TPE! Leur professeur de français les encourage à pratiquer cet exercice et leur apporte pas mal de conseils, mais pour certains il s’agit clairement de dépasser leur timidité et pour d’autre de s’approprier réellement le travail présenté!

Au collège, j’ai présenté une séance sur le vocabulaire d’internet et les moteurs de recherche aux élèves de sixième segpa. Séance simplifiée par rapport à celle que je prévois pour les autres classes de sixième. Cependant, je n’ai pas eu le temps de la terminer, on continuera donc la semaine prochaine! Certains élèves étaient très agités, voir pénibles, et il a fallu que je m’interrompe à plusieurs reprises. S’ils veulent manipuler l’outil informatique la semaine prochaine, ils sont prévenus qu’un changement de comportement en cours s’impose!

Une fois n’est pas coutume (décidément, cette semaine a dérogé à la règle), aucun élève n’a souhaité venir au CDI. Ils ont tous préféré se rendre en permanence. Je dois avouer que même si ce moment de calme était agréable, ça m’a fait tout drôle de voir le CDI vide!

En AP lecture, j’ai proposé aux élèves d’aller lire en fin d’année un album jeunesse à des élèves de maternelles. Ce projet est initié par une collègue de français, et je trouve que c’est une excellente idée. Nous nous rendrons probablement à la bibliothèque municipale en amont pour sélectionner quelques albums!