Ça déménage

Il est grand temps que je fasse cet article.. En effet, c’est la dernière phase de ma délocalisation au sein du collège. L’aventure touche à sa fin…

Le contexte

Quand je suis arrivée dans ce collège, il y a 3 ans, j’ai appris qu’il était en plein travaux et que le CDI serait impacté. Le collège date des années 70 (nous avons les photos de l’inauguration ) et le CDI était au rez de chaussé. C’était un lieu immense (je ne connais pas la superficie totale mais en moyenne je dirai 350 m2), dont une bonne partie avait déjà était « condamnée » à mon arrivée. Malgré ce super espace il était… vintage. Moquette d’époque, odeurs d’époque, livres et documentation d’époque à 60% … Le CDI était quand même excentré de certaines zones du collège (en tout cas au niveau de l’entrée principale). Les fenêtres donnaient sur la cour et j’avais un accès direct en salle des profs. Il disposait d’une grande salle principale et d’une salle annexe (avec les séries et autre documentation pédagogique). Dans les parties condamnées, étaient stockées les manuels scolaires, et du bazar.

Le projet de rénovation du collège prévoyait d’inverser quelques espaces. Le CDI actuel deviendrait le self (opérationnel à la rentrée 2018) et le self et les cuisines (au premier étage) le CDI. J’ai rapidement eu accès aux plans et le projet m’a plu dès le départ. Arrivant dans un nouvel établissement, la perspective d’un déménagement, d’un lieu neuf, comme une page blanche, m’a paru plutôt enthousiasmante. Il serait certes plus petit, mais 254 m2 c’est honorable (sans compter les 3 salles annexes de dépôts et la petite salle informatique)

Le premier déménagement

En novembre 2017, la première phase a débuté. Il s’agissait donc de mettre en carton le CDI actuel et de délocaliser dans un lieu provisoire le temps des travaux (il fallait attendre juillet pour le début des gros œuvre du self du premier + le temps des travaux). Le lieu provisoire serait une ancienne salle de techno dans un bâtiment que « tu sais pas trop si c’est du dur ou du mobil home ». Situé au fond du collège, je suis passée du grand palace à 50m2 a tout casser. J’ai quand même eu la possibilité de voir le lieu avant (normal me direz-vous) et donc de me faire une idée de la place dont je disposais VRAIMENT. J’ai donc entamé la valse des cartons (sortant d’un déménagement perso en simultané, j’étais rodée). Le plus dur a été de sélectionner ce qui me suivrait dans ma phase de transhumance, de ce qui resterait en cartons pour 1 an ou plus. Et j’ai quand même découvert de sacré vieilleries, notamment dans l’annexe pédagogique… Et il était compliqué de faire seule le tri de ces documents, dont certains devaient être là depuis au moins 20 ans? J’ai lancé un appel auprès de mes collègues enseignants de façon à ce qu’ils viennent faire du tri dans le matos de leur discipline. Le plus gros point noir était les séries pour les lettres… Il y en avait un sacré paquet, dont certaines en seulement 10 exemplaires ou moins… Je dois avouer qu’ils ont conservé beaucoup (trop) de choses à mon goût. Au niveau des cartons: j’ai eu beaucoup d’aide de la part des … élèves. Ils m’ont spontanément proposés leur aide et il a suffit de leur expliquer une fois les codes couleurs pour l’étiquetage. Je les ai senti (certains) investi d’une mission divine! C’est dire. Les cartons qui allaient me suivre étaient étiquetés en rouge (CDI provisoire + indication de catégorie Fiction / Documentaire / bureau / réserve / orientation périodique etc…). Ceux qui allaient aller en archive pour une durée plus ou moins déterminée étaient marqués en vert. Le choix des couleurs a été conditionné par les marqueurs à ma disposition à cet instant T.Mi décembre, une semaine avant les vacances, le CDI a été fermé et des agents du département sont venus seconder les agents de l’établissement pour le déménagement. J’ai vécu quelques jours en transition mais j’ai pu aménagé sommairement le CDI provisoire avant de partir en congé.

Le CDI provisoire

Janvier 2018. Nouvelle année, nouveau CDI. Il faut tout revoir. L’accès des élèves au CDI, l’accueil des classes / groupes pour des séances pédagogiques, nombre de place, seuil de dépassement. De plus, la salle d’art plastique est attenante et son accès se fait par… le CDI. En janvier 2019, l’infirmerie nous rejoint (provisoirement aussi) dans ce que j’appelle affectueusement le « cagibi » (j’occupe le CDI cagibi). C’est encore plus sommaire en terme de place, d’aménagement, de luminosité. J’ai fonctionné pendant ma retraite avec 3 ordis dans le CDI. Nonobstant, la salle informatique (la plus pourrie du collège, certes) est également attenante. On a donc réussi à fonctionner tant bien que mal, les élèves n’ont jamais oublié où il était. D’une capacité d’accueil de 30 élèves je suis passée à 15 (+ /-). Il a fallu optimiser l’accès des élèves au CDI dans une optique égalitaire et équitable. J’ai insisté à plusieurs reprises auprès des enseignants pour être informée des travaux de recherche d’info / exposé qui étaient données aux élèves afin de permettre à chacun d’avoir accès aux ressources du CDI. C’est à ce moment là également que j’ai décidé d’aller chercher les élèves de la permanence directement en étude, une fois qu’ils étaient assis et non plus dans le rang dédié. Ainsi je pouvais « choisir » les élèves dans le calme, en vérifiant les classes / groupes présents et les travaux scolaires du moment. Par contre j’ai bien senti que cette période a été assez mal vécue par certains élèves qui trouvaient injuste de ne pas pouvoir venir en raison de la priorité donnée par moment à certaines classes. Il a fallu faire preuve de patience pour leur expliquer le contexte, leur dire que je comprenais leur frustration. Pendant la pause méridienne, j’ai vite abandonné le système d’inscription. J’ai accepté qu’il y ai plus d’élèves présents à ce moment. L’accès était donc libre, et lors des beaux jours, les élèves étaient autorisés à sortir des chaises et des tables dehors pour lire ou travailler (Le CDI Cagibi était au rez de chaussée) et ainsi permettre de récupérer un peu d’espace et d’air pur.

Durant cette période, j’ai pu travailler sur l’uniformisation de la signalétique des documents. J’ai refait toutes les cotes des documentaires (qui étaient disparates en terme de taille / couleur) et apposé un ruban adhésif de la couleur de la Dewey en haut du dos du livre. J’ai désherbé encore quelques documents. Cette période de transition a aussi vu la mise en place d’une mini ludothèque. Le nombre de prêt n’a pas baissé (depuis le 1er septembre 1861 documents ont été empruntés! pour 617 élèves), des commandes ont été passées régulièrement et le fond s’est diversifié. Le fait de n’avoir qu’une partie des collections du CDI a, je pense, donné une plus grande visibilité à des documents qui étaient jusque là noyés dans la masse. Ce CDI n’était clairement pas le lieu de travail le plus idéal pour un CDI de collège. Mais je savais que c’était provisoire et que ça aurait pu être pire. Nous nous sommes tous adaptés en essayant de garder notre bonne humeur. Le CDI n’a pas été mis à l’écart et ne s’est pas « éteient » pendant cette période. Au contraire! Je me dis, avec du recul, que nous nous sommes concentrés sur l’essentiel, sur les points positifs pour avancer. J’ai senti un nouveau dynamisme se mettre en place, une nouvelle énergie, comme un vent de renouveau. Bien entendu il y a eu des moments durs, des moments où on se demande ce qu’on fout là.. Et puis ça passe. En cas de petit coup de déprime, on ouvrait le plan du CDI et on se disait que quand même ça allait être chouette. Et puis il y a eu le choix et la commande du nouveau mobilier, c’était assez motivant…

15 jours avant les vacances de février 2019, nous sommes à nouveau entrés dans la phase des cartons. Les derniers. Les élèves ont été d’une aide précieuse (comme pour la première mise en carton). C’est avec un petit pincement au cœur que j’ai fermé le CDI cagibi avant de partir en congé. J’ai confié les plantes vertes à un collègue AVS, et je me rendue compte que la pause café des reclus du fin fond du collège serait terminée, que les moments de rigolade avec ma voisine infirmière seraient aussi un bon souvenir. Parce que même si matériellement ce n’était pas le grand luxe, cette période a été pour moi, humainement parlant, d’une grande richesse.

Le nouveau CDI

Prof doc en perdition (Les cartons présents représentent l’ensemble de mon CDI cagibi, le triple est arrivé ensuite)

Lundi 11 mars 2019: le jour de la reprise et le jour J (et également le temps de la reprise à temps complet). Quand je suis arrivée au collège, les cartons étaient toujours bien en place au CDI Cagibi. Par contre j’ai remarqué les 2 semi remorques stationnés devant le collège et le monte charge installé et donnant accès au nouveau CDI. Serait-ce en partie mon nouveau mobilier? Va t-on pouvoir utiliser le monte charge pour déplacer les cartons de livres. Il était clairement hors de question que j’en déplace un seul (mon dos a déjà bien douillé à force de se baisser, de pousser, fermer des cartons) mais j’avais un peu de compassion pour mes collègues agents (du collège et du département à nouveau) qui allaient se coltiner le boulot. On y aura eu accès partiellement. En effet les semi remorques ont livré la quasi totalité du mobilier de l’ensemble de cette aile du 1er étage, qui outre le CDI, voit naitre de nouvelles salles de classes (dont l’ouverture est prévue pour septembre). Pendant 2 jours, je n’ai jamais vu défiler autant de tables, chaises, armoires, cartons devant mes yeux. J’ai tenté de faire placer les cartons aux bons endroits dès le départ, mais vu le passage, le montage des meubles / étagères en parallèle, j’ai vite lâché l’affaire. J’ai eu le temps de prendre une photo dans cet espace vide avant qu’une montagne de cartons s’amoncelle… Pendant ces 2 jours, je ne savais plus trop où j’habitais. Je me suis sentie un peu inutile, je n’avais pas accès à internet là haut. J’ai donc vogué entre le nouveau CDI, la salle des profs, la vie scolaire, le secrétariat … Et je crois que j’ai un peu paniqué à ce moment là aussi… J’ai vu la montagne de travail qui m’attendait, j’avais peur de ce que j’allais retrouver dans les cartons mis en archive pendant 1 an et demi, j’ai flippé devant le nombre de séries de français encore là en me demandant si j’allais avoir assez de place pour tout ranger…. Je me suis demandée si ce nouveau CDI ressemblerait à quelque chose d’à peu près correct pour mon rendez vous de carrière…
Dès le jeudi, les agents ont commencé à monter les étagères. J’ai un peu chapeauté le tout. On a fait des essais de positionnement, on a bougé un peu l’implantation initialement prévue. Ça commençait à prendre forme. Sur deux jours (vendredi et lundi), j’ai vidé les cartons de fiction, réajusté l’espacement des étagères si nécessaire. Le tout en musique, puisque seule, j’ai pu m’octroyer ce petit plaisir motivant. Suite au désherbage entrepris lors de la première phase du déménagement, l’ajout des documents en archive à ceux du CDI provisoire n’a pas surchargé de trop mes rayonnages. Je pense qu’une autre phase de désherbage sera encore nécessaire dans les années à venir. De surcroit j’ai ressorti les 3 premiers tomes des Chroniques de Spiderwick (spéciale dédicace à E., élève de 6ème qui voulait à tout prix que j’aille les chercher dans le logement de fonction qui faisait office d’archive au CDI pendant la phase transitoire, il y a quelques mois).

Mardi et jeudi de la deuxième semaine, j’ai entièrement vidé les cartons de documentaires, re-remplis 5 cartons pour le désherbage, placé les archives périodiques à leur place, placé les périodiques en « cours de validité » à la leur, aménagé le coin lecture (de façon provisoire), rangé les BD et les mangas. Les cartons contenant la doc pédagogique et autres spécimens de manuels scolaires ont été déplacés dans les salles annexes dédiées en attendant que les dernières étagères soient montées (probablement lundi). Je suis partie hier soir avec un CDI qui commence à ressembler à quelque chose. Il me reste à finir de mettre en place les salles annexes, a aménagé sommairement et de façon fonctionnelle mon bureau, ranger le petit bazar qui traine encore par-ci par-là. En deux jours ça devrait être bouclé et je devrais être prête pour mon rendez-vous de carrière jeudi matin. Peut-être même que je pourrais ouvrir le CDI dès jeudi après-midi?

Et après?

En avril, dans le cadre des journées départementales des professeurs documentalistes du Tarn, la deuxième journée aura lieu au sein de mon collège, dans ce nouveau CDI. La thématique de l’année étant l’aménagement du CDI dans le contexte d’un CDI capacitant favorisant l’apprenance, le contexte est idéal et je suis contente que la livraison ait eu lieu dans les temps pour permettre à cette journée d’avoir lieu dans cet espace à peine livré. Et dans la foulée ce sera les portes ouvertes du collège. Cette année pas question de cacher la misère, je pourrais l’ouvrir en grand et en être fière (j’en étais déjà fière avant, mais il le CDI cagibi n’était clairement pas vendeur)

Je ne demande pas ma mutation. Je n’ai pas traversé toute cette aventure pour ne pas en profiter un peu 🙂

En terme de gestion, je vais poursuivre le travail d’harmonisation de la signalétique des documents. Je vais également pouvoir réfléchir à la signalétique globale des espaces. On va pouvoir s’approprier ce nouvel espace, en profiter et se dire que c’est chouette.

Et l’aspect pédagogique dans tout ça? C’est vrai que je n’en ai pas trop causé dans ce billet. Ce n’est pas que je n’ai rien fait, il y a eu des actions. Mardi 12 mars, je participais encore au concours de Une. Mais je n’ai pas pu réfléchir à la mise en place d’une véritable progression en info-doc et en EMI. Je me suis contentée de ce que j’avais et c’était déjà bien. Je vais pouvoir la construire véritablement d’ici la fin de l’année pour qu’une véritable mise en œuvre pédagogique en information-documentation et en EMI soit mise en place dès la rentrée. J’espère aussi que ce nouveau CDI qui est tout même central dans le nouveau collège, attirera davantage certains de mes collègues dans le cadre de séances en co-enseignement. Dans tous les cas, au bout de 3 ans dans ce collège, je pense avoir fait ma place et prouvé mes compétences professionnelles. donc enjoy ans let’s go !

Je ne pouvais pas m’en empêcher !


Publicités