Retour d’une prof-doc confinée, en marge du déconfinement

Écrire un billet sur le confinement alors qu’on va bientôt amorcé la phase de déconfinement. Tant pis. J’ai envie de faire un petit bilan de ces dernières semaine et de mon état d’esprit à quelques jours de la réouverture des établissements scolaires.

La fermeture des établissements scolaires, annoncé le jeudi 12 mars pour le lundi 16 mars, m’a pris par surprise, un peu comme tout le monde je crois. C’est sûr que quand on a un gouvernement qui joue au yo-yo, qui dit un jour qu’il n’y aura pas de fermeture des établissements scolaires pour être contredit quelques jours après par le Président de la République lui-même… Bref, je ne m’étais pas forcément attendue à cette décision, et j’ai essayé de passer cette journée du vendredi 13 mars de la façon la plus « normale » possible, en suivant les recommandations de mon chef qui souhaitait éviter au max une ambiance anxiogène au collège. Je n’ai pas vraiment pu anticiper la mise en place de prêts élargis à grande échelle. Seuls les quelques élèves que j’ai pu voir cette journée en ont profité pour faire « le plein »… J’ai eu une séance avec les 5ème le matin, et la présentation des albums dans le cadre d’un prix lecture avec les ULIS et les 4ème Segpa a pu avoir lieu (gros soulagement, vu le temps qu’il nous a fallu, avec mes collègues et deux intervenantes de la médiathèque pour l’organiser…) Et puis j’ai entassé dans deux cartons des livres à cataloguer, un max de matériel à pouvoir apporter chez moi…

J’y suis finalement retournée le lundi après-midi (avant annonce officielle du confinement) pour prendre du matériel que j’avais oublié, et ranger un peu le CDI, notamment le chariot de retour.

Puis mon quotidien de prof doc confiné a commencé. Associé, comme pour certains d’entre nous, à l’école à la maison de ma progéniture. Une organisation à définir petit à petit, à adapter en fonction des réussites / échecs. Et forcément comme on est chez nous non stop il y a aussi toute la gestion de la maisonnée à prévoir et anticiper ( à 2 bien sûr, quand on est en couple). Qui n’a pas été distrait de ses tâches professionnelles par un regard porté sur une zone en bazar, sur la tâche qui est là depuis des lustres mais qu’on a soudainement envie de nettoyer – parce qu’on ne voit plus qu’elle -. Sans compter les interruptions de ses héritiers et les cris au moment où tu fais un enregistrement audio ou vidéo.

Ma première tâche de prof doc confinée a été d’adapter ma séance d’EMI en cours (présentée à 2 groupes sur 11 en présentiel) au format distanciel. Et en parallèle je me suis lancée dans une course éperdue à la sélection de ressources en ligne, comme beaucoup d’entre nous. Et envoyer un mail à mes collègues pour leur présenter cette ressource. Elle a du être tellement consultée, que les collègues proposaient certaines de ces ressources dans notre fil de mail. Au départ je dois dire que je l’ai eu un peu mauvaise ( à quoi ça sert que Ducros se décarcasse?). Avec du recul, j’ai arrêté de le prendre personnellement, sachant que chacun essayait de s’adapter comme il le pouvait, noyé sous des tonnes de messages d’élèves, de parents, de collègues …

Concernant cette sélection de ressources (sur Padlet): j’ai vite revu mes ambitions à la baisse. J’ai fait le choix de ne pas tout proposer, de faire un boulot de sélection qualitative avant diffusion. Par exemple pour l’offre de lecture gratuite en ligne (numérique / audio), j’ai décidé de ne leur proposer que des liens directs, sans création de compte ou autres identifications / inscriptions.

Pendant 2 semaines, j’ai aussi décidé de laisser mes élèves de 5ème tranquille et de faire une pause dans la diffusion des séances d’EMI, sachant qu’ils étaient surchargés par ailleurs. Au moins jusqu’à avoir des nouvelles sur une éventuelle prolongation ou non du confinement (Il faut dire qu’en zone C, on a eu la coupure « vacances » 3 semaines après). J’ai tout de même commencé à préparer la prochaine séance et je l’ai mise en forme et diffusée la semaine de la rentrée. Je pense que tous les élèves concernés ne feront pas l’activité. Tant pis… J’ai aussi fait l’effort de retranscrire la séance au format papier pour diffusion via le dispositif « devoirs a la maison » en partenariat avec La Poste. Je ne sais pas si ça a été diffusé (je pense que oui) et si j’aurai un retour de ces élèves…

Dès la deuxième semaine de confinement, j’ai aussi passé du temps à m’occuper de mon portail documentaire. Je lui ai donné une nouvelle jeunesse (merci les tutos PMB Normandie). J’ai pu prendre le temps d’exploiter les différentes possibilités, restructurer les rubriques. J’ai surtout pris le temps de réaliser des tutos vidéos autour de ce portail. Je dois avouer que je forme très peu mes élèves à la recherche sur le portail documentaire. De manière générale, il me permet d’effectuer des prêts / retours et je m’en sers en terme de gestion documentaire. C’était l’occasion parfaite de tenter ces vidéos tutos et de voir si elles touchent leur public. Elles ont été diffusées sur le compte Instagram du CDI, en IGTV (et sur la page FB). Je les ai également intégré sur l’ENT et elles trouveront aussi leur place sur le portail documentaire, dans une rubrique dédiée.

J’ai aussi essayer d’organiser la continuité d’un projet pédagogique d’éducation aux médias engagé depuis le début de l’année, avec l’intervention de deux journalistes. Gros gros fail: je n’ai pas eu de retour des élèves, ou très peu. Je ne peux pas leur en vouloir. Ils travaillaient en groupe, devaient pour la plupart réaliser des interviews sur le terrain et tout a été remis en question, en suspens… Je tente de sauver le projet, qui a été ramené sur la base du volontariat des élèves, mais je ne pourrais pas faire plus.

Et puis chaque jour (ou presque), je mets à jour le Padlet, je l’actualise en fonction des nouvelles ressources repérées et celles devenues obsolètes, je diffuse des informations sur les RSN du CDI (ouverts à l’occasion sans objection de mon chef, à savoir Instagram, Facebook et Twitter, ce dernier étant lequel où j’ai le moins d’abonnés élèves / parents / personnels du collège). Je fais un peu de catalogage (mais ce n’est pas ce qui m’occupe le plus. C’est assez aléatoire. Certaines semaines, c’était une à deux fois par semaine, et d’autres pas du tout). J’ai reçu quelques mails d’élèves, qu’ils concernent les séances en EMI ou des demandes plus globales.

Et maintenant il faut préparer l’après.

Je n’ai pas trop partagé ou publié sur la question du déconfinement au CDI: j’avais tellement peu d’infos officielles sur les conditions de reprises, sans même savoir si nous reprendrions ou pas, que je n’ai pas trop approfondi le sujet. J’ai lu ce qui a été partagé, venant de l’IFLA ou des initiatives de profs docs. Même si ces initiatives sont louables, une part de moi me disait que quand même, ce n’était pas à nous de réfléchir à ce protocole, nonobstant des réalités de terrain très différentes. J’ai pris des notes dans mon bujo pro, histoire de voir ce qu’ils serait possible de faire dans le CDI de mon collège, mais sans rédiger de protocole défini. J’attendais de toute façon des nouvelles de ma hiérarchie (à savoir ma direction, parce que je comptais pas sur la hiérarchie au-delà, et pour le moment je ne compte pas non plus dessus. A quoi bon, puisque tout à été délégué aux équipes de direction ou presque). J’ai eu quelques infos dimanche soir. Suite à ce mail de la direction, j’ai répondu avec mes suggestions en l’état des connaissances, dont voici un bref résumé:

  • Concernant les prêts / retours de documents
    • Retours de documents : je ne peux pas ne pas récupérer les documents. Je propose qu’ils soient récupérés dans les salles (dans une caisse dédiée) que je récupérerai afin de mettre les documents en quarantaine entre 4/5 jours avant désinfection de la couverture à l’alcool et remise en rayon. Le tout suivant les recommandations de l’IFLA ou de l’ABF.
    •  Prêt de documents : idéalement, il me semble que les documents ne doivent pas être prêtés afin de limiter au maximum les manipulations d’objets potentiellement vecteurs. Si toutefois le prêt de documents serait envisagés, j’imagine un système de « drive » avec réservation via le portail documentaire, et horaires de « RDV » pour les retirer.
  • Se posera inévitablement la question des manuels scolaires qui devront être rendus d’une manière ou d’une autre. Je ne pourrais m’acquitter seule de cette tâche, qui devra être partagée, probablement (les manuels ne seront pas manipulés, simplement déposés par les élèves à des endroits identifiés.) Il faudra donc plusieurs points de contrôle: vérification du bon nombre de manuel, d’un entrepôt correct etc… Je pense que les facturations pour manuels abimés seront annulées, sauf si constat d’un mauvais état indéniable au moment du retour. Les factures pour manuels non rendus / perdus seraient par contre maintenues. (Il faudra alors insister sur le fait d’avoir TOUS ses manuels le jour du retour – qui se fera forcement sur un temps beaucoup plus long que d’ordinaire- le jour des retours pour limiter les aller-venues pour un manuel oublié, comme c’est le cas chaque année). (Idéalement, j’aurai aimé de ne pas avoir à m’en occuper. C’est un combat que je n’ai pas encore remporté. Ça viendra 🙂 )
  • Concernant mon service:
    •  enseignement: bien entendu je maintiens mes séances en 5ème, en fonction des conditions qui nous seront présentées. Je peux me porter volontaire pour les heures d’études (HSE, comme pour mes autres collègues, sinon niet) afin de proposer des:
      •      activités pédagogiques autour de l’information (sensibilisations pédagogiques aux fake news et autres processus de désinformation )
      •      activités de lecture avec des lectures offertes : notamment pour les 6ème engagés dans le prix des Incorruptibles.
    •  gestion du CDI: je propose, en fonction de ma présence dans l’établissement pour mon service d’enseignement, d’en profiter pour effectuer des tâches de fin d’année,bien souvent chronophages, sans présence d’élèves (je serai la seule à avoir accès au CDI). Je pense notamment à la réalisation d’un inventaire. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’en effectuer un, et avec le déménagement du CDI, il me semble que ce serait plus que nécessaire, afin d’avoir une vue sur le fonds documentaire de CDI, et mettre la base en conformité.

  •  Cependant, une partie du travail (autant pédagogique que de gestion) pourrait être effectué en télétravail, notamment lorsque je n’ai pas des séances prévues

Nous avons reçu hier une version du projet de protocole pour notre établissement, qui sera discutée et votée en conseil pédagogique virtuel mercredi matin. Il est à noter que l’occurrence CDI est bien plus représentée dans ce document interne que dans le document de protocole national (merci chef! Mon mail a été pris en compte). Le CDI ne sera pas ouvert aux élèves, je ne ferai pas de garderie (mais je sais que certain.e.s devront se méfier de cet abus qui se profile à l’horizon). Il n’y aura pas de prêts de documents. J’effectuerai mes séances pédagogiques dans les classes. Il est très probable qu’une partie de mon travail soit effectué en télétravail si je n’ai pas de séances justifiant ma présence au collège. Au moins un de mes deux enfants n’ira pas à l’école. L’école maternelle concernée ne rouvrira pas avant juin, voir septembre. Mon autre enfant n’ira probablement pas tous les jours à l’école non plus car un système de rotation des groupes semble prévu..

En tout cas, une chose est sûre: on navigue à vue… Chaque jour apporte son lot de modifications, de complications organisationnelles mais surtout des questions de plus en plus nombreuses. Sans que les réponses ne soient apportées.

Concernant les professeurs documentalistes, j’ai constaté le partage de nombreuses ressources, séances ou activités de confinement originales. Comme on sait bien le faire.
Et là, les textes fleurissent (protocole national, circulaire et autres fiches). Le CDI apparait une fois dans le protocole, relégué au paragraphe des activités sportives et culturelles, au côté des salles informatiques et des foyers, sans que même un paragraphe, aussi court soit-il ne soit dédié?

Et dans la circulaire relative à la réouverture des écoles et établissements et aux conditions de poursuite des apprentissages, parue le 4 mai 2020 et disponible ici: pas de mention du CDI et encore moins du prof doc. Dans les différentes fiches sur les attendus de fin d’année pour les classes de 6ème, 5ème, 4ème et 3ème, pas de mention non plus. Je n’ai pas été voir pour le lycée.

Par contre, dans deux fiches spécifiques, à savoir Covid-19 et risques de dérives sectaires et Covid-19 et risques de replis communautaristes , j’ai relevé ce qui suit:

Dans le premier, Covid-19 et risques de dérives sectaires, il est précisé comme enjeu « Développer l’esprit critique des élèves pour mieux lutter contre la désinformation, les fake news, les rumeurs et les théories complotistes« , en « identifiant les techniques de communication » (réseaux sociaux, thèses complotistes…) ». Cette fiche propose comme activité pédagogique l’écoute de « L’émission de France inter intitulée « Rumeurs et fausses informations au temps du coronavirus » peut faire l’objet d’une écoute par les élèves, suivie d’un débat ou d’une demande de synthèse« , une séance d’EMC, ou encore  » un travail autour de la vérification de l’information et des sources » avec un lien vers le site académique d’HG d’Amiens. Mention du prof doc dans ce document ou le lien donné = 0.

Dans le deuxième, Covid-19 et risques de replis communautaristes, un des enjeux est « Lutter contre la désinformation, les théories complotistes, les rumeurs et les fake news sur le Covid-19 utilisées à des fins mercantiles et politiques » avec comme proposition d’activité pédagogique : « Renforcer l’esprit critique des élèves avec l’éducation aux médias et à l’information (l’EMI) qui participe à la prévention du complotisme à l’école, afin qu’ils réussissent à résister à la tentation d’une lecture du monde simplificatrice et aux vidéos de propagande qui circulent sur internet » Dans ce document, encore une fois, mention du prof doc = 0

Je dois avouer que je suis colère. De façon générale par le processus d’information des fonctionnaires de l’Education Nationale dans le contexte actuel. Bon nombre d’informations ont été diffusé par les médias et autres RSN sans que soyons informés par voie « officielle ». Sans parler du mépris dont certains ont pu faire preuve contre les enseignants. Je pense notamment à l’épisode des fraises qui serait risible s’il ne démontrait pas un mépris absolu. La réponse de com’ a été très bien ficelée: un tweet « vous êtes formidables » et une petite vidéo sur nos boites mails pour nous brosser dasns le sens du poil. Bien sûr ce n’est qu’un échantillon de tout ce que nous avons pu nous prendre en pleine poire depuis 7 semaines.

En tant que prof doc, je suis doublement en colère: pas de communication institutionnelle à notre égard, notamment dans le contexte de réouverture. Des collègues ont produit des documents protocolaires pour tenter d’y voir plus clair, les partageant de ci, de là, ce qui est très louable. Mais… Ne mérite-t’on donc pas d’avoir une information de cadrage, de positionnement spécifique. Et s’il n’est pas national ou moins académique. Parait que dans mon académie, la rédaction d’un protocole académique pour les CDI et les professeurs documentalistes est en cours mais je n’ai pas plus d’infos ni de nouvelles. J’ai vu d’autres documents protocolaires d’autres académies. Le prêt de documents est encouragé pour certains, pas pour d’autres. L’ouverture du CDI aux élèves dans le respect des consignes sanitaires est détaillé pour les uns et pas pour les autres. J’entends des collègues qui appréhendent de faire « garderie » puisqu’il a été annoncé que les élèves de collège seraient soit en classe, soit en « étude », soit en « activité physique ou culturelle ». La dérive CDI= étude est une inquiétude tout à fait légitime. On parle d’ouverture du CDI, mais quid de notre mandat pédagogique? Surtout au regard des enjeux et activités pédagogiques proposées dans les deux fiches précédemment citées? N’avons nous pas, encore une fois, montré notre expertise sur ces questions pendant ces longues semaines?

Je me réjouis cependant que la mention bibliothécaire / documentaliste qui figurait sur les versions projets du protocole national pour le primaire (???) et le secondaire ait été retiré de la version définitive. Bien sûr je nous inclus dans la catégorie « enseignant » et non pas « autres personnels », j’espère qu’il en va de même pour les rédacteur de ce texte.

Je vais m’arrêter là. Je m’excuse pour ce billet un peu décousu, pas très construit et qui a dévié vers un petit coup de gueule à la fin. Finalement, ça fait du bien.

En attendant prenez soin de vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s