Théonet, un journal scolaire numérique transmédia?

La petite histoire de Théonet

logo théonet paysage_Fotor_20130420

Théonet, c’est LE journal numérique du lycée. Le projet, encadré par mon collègue professeur documentaliste (à temps plein au lycée) existe depuis 14 mois. Le premier numéro est paru en avril 2012.

Il est porté à la base par deux élèves du lycée, Florian et François, qui au collège, avaient déjà créé un journal scolaire, mais au format papier. C’est tout naturellement qu’à leur entrée en seconde, ils ont décidé de se lancer. Ils sont donc allés à la rencontre des professeurs documentalistes. Profitant de l’ opportunité de partir sur un nouveau projet ils ont voulu créer un journal numérique.

« L’idée de créer un journal scolaire est venue de François et moi. Nous avions déjà créé un journal scolaire au collège Desaix à Tarbes, mais il était au format papier. Nous avons donc décidé de repartir de zéro – Créer un journal en phase avec son époque – c’est à dire numérique. »

Théonet c’est une rédaction composée d’un directeur de publication (la proviseure), d’une directeur d’édition, d’un rédacteur en chef, d’une vingtaine de journalistes réguliers ou correspondants, de cinq correcteurs et de 4 webmasters. L’équipe est composée essentiellement d’élèves, les enseignants ayant plutôt pour mission d’encadrer le projets et de corriger les articles avant publication. Elle se réunit régulièrement (au CDI) pour faire le bilan du numéro précédent et préparer les prochains. Le suivi des articles se fait généralement par mail, et les  fichiers sont déposés sur Dropbox.

 

chiffres

Peut-on parler d’un journal numérique transmédia?

Si on reprend la notion de « transmédia », on se rend compte qu’il s’agit d’un terme dont la définition est encore mouvante: dans « Le transmédia dans tous ses états » (Les cahiers de veille de la fondation Télécom de mai 2012), on nous précise que ce terme est souvent repris à tort et à travers par le monde du marketing et celui de la publicité. Car avec le transmédia il ne s’agit pas de proposer un même contenu sur plusieurs supports numériques distincts. Ça c’est ce qu’on appelle le crossmédia ou plurimédia. Non, avec le transmédia, on se place dans un scénario d’écriture nouvelle, et on parle de narration transmédia (ou storytelling transmedia). Henry Jenkins précise en 2003: « Une histoire transmédia se développe sur plusieurs supports médias, chaque scénario apportant une contribution distincte et précieuse à l’ensemble du récit » et que les « éléments […] sont dispersés sur diverses plateformes médiatiques dans le but de créer une expérience de divertissement coordonnée et unifiée. »

Alors peut-on dire que Théonet propose une expérience de divertissement coordonnée et unifiée? Oui, car il est présent sur plusieurs supports médias mais surtout il propose des contenus différents et/ou complémentaires sur chacun.

Faisons le tour de la présence numérique de Théonet:

  • Théonet, c’est d’abord un journal au format numérique avec une mise en page et une présentation sous forme de livre. (Utilisation d’un logiciel gratuit, Issuu) On le trouve à deux endroits: sur le site d’Issuu et sur le blog, onglet « Le journal numérique« 

journal numérique

  • Théonet, c’est aussi un blog (réalisé via Blogger, service de Google).  Il est organisé autour de plusieurs rubriques: accueil, le journal numérique, cinéma, les nouvelles technologies (je ne dirais pas lequel des deux F. est friand de nouvelles technologies et fan inconditionnel d’Apple, il se reconnaitra!), Web série, Théonet Live (toutes les actualités du lycée), A vos agendas (les actualités au sein de l’établissement et les actualités culturelles locales) Qui sommes-nous?

blog

P.S: on remarquera dans la rubrique « Théonet Live » la « publicité » pour les séances sur le harcèlement et le cyber-harcèlement 🙂

  • Théonet, c’est aussi une chaîne You Tube qui propose: les interviews filmées, les épisodes et bêtisiers de la web série, les bandes annonces de chaque nouveau numéro…

you tube

Bon en fait, c’est encore eux qui se présentent le mieux!

Focus sur la web série

L’idée d’une web série a germé dans la tête de nos apprentis journaliste au moment où ils ont souhaité augmenter leur audience au sein du lycée.

« L’idée d’une web série est apparue avec ces questions: Quelles sont les personnes qui ne lisent pas Théonet? Pourquoi ne lisent-elles pas Théonet?  Comment créer quelque chose d’intéressant et de divertissant? »

C’est donc une sorte de valeur ajoutée et une singularité du journal numérique du lycée, son but étant de divertir mais également d’attirer de nouveaux lecteurs. Autant dire que grâce au premier épisode, Théonet a fait le « buzz » au lycée, autant du côté des élèves que des enseignants.

« Notre hypothèse s’est révélée juste: 700 vues pour notre web série en seulement quelques jours, 800 pages vues sur notre page web seulement 24h àprès le lancement de notre n°8« 

Voilà donc le premier épisode de la web série « Inside Théonet », réalisé entièrement par les élèves.

Et ce n’est pas fini…

Ultra motivés, ils tentent de créer une version de Théonet pour tablettes numériques tout en étant pleinement conscients de la difficulté du projet et de la complexité de la distribution d’une telle version.

 » Les vidéos et les interviews seront intégrées dans le corps du texte« 

De mon côté, je les côtoie régulièrement au CDI et je profite de ce billet pour encore une fois les féliciter et les encourager dans leur projet. Je les vois s’investir au quotidien, sans délaisser les cours et leur travail personnel. Ils ont tout mené de front, T.P.E, épreuves du bac etc… Suivi de la déception lors des résultats nationaux du concours Varennes… Mais ce n’est que partie remise, ils y reviendront l’an prochain!

Une petite précision « juridique »: nos élèves sont très soucieux des questions relatives au droit d’auteur. Ils choisissent soigneusement les images / bandes sonores sur des sites proposant des œuvres « libres de droit » (Flick’r, Wikimédia commons, Jamendo pour la musique des vidéos). Le droit à l’image des lycéens est scrupuleusement respecté (autorisations distinctes pour les mineurs et pour les majeurs).

Publicités

Pour un réseau social lycéen et pédagogique: Lyclic

Logo

Partant du constat que l’activité numérique est partout et pour tout et que l’école ne s’est pas encore véritablement appropriée les TICE, ou alors de manière encore timide , les fondateurs de la plateforme ont eu l’idée d’un véritable « écosystème lycéen ».

« Nous avons perçu la problématique Ecole-Web ainsi :

Les nouvelles logiques et pratiques numériques représentent un double défi pour l’Ecole. D’une part, elle doit répondre au défi de la citoyenneté numérique, en apprenant à ses élèves la maîtrise de ces nouveaux codes. D’autre part, mais dans le même temps, elle doit faire siennes les nouvelles méthodes d’apprentissage et d’enseignement correspondantes aux nouvelles logiques numériques.

Dès lors, le retard pris par l’Ecole dans les pratiques numériques menaçait de tendre ses missions vers le hors-sujet en face d’une société qui transforme à très grande vitesse ses usages. C’est pourquoi nous avons eu l’idée d’une plateforme dédiée à un des cœurs de l’éducation : le lycée et le baccalauréat. L’objectif : populariser les usages numériques éducatifs pour faire profiter le monde lycéen de toutes les potentialités offertes par le web. »

Vous pouvez vous faire une idée du concept de la plateforme ici.

Le site est divisé en 4 parties: Lyclipedia, Réseau, Classeur et la fameuse Aide

La rubrique LYCLIPEDIA est publique est peut-être consultée par tous, sans obligation de création de compte ou d’identification.

La bibliothèque regroupe un ensemble de documents pédagogiques que l’on peut parcourir selon une arborescence disciplinaire, construite autour de 4 grands pôles: scientifiques (Mathématiques uniquement pour l’instant) , sciences humaines (Histoire-géographie, ECJS, Philosophie, S.E.S), langues (Espagnol seulement) , littérature et langues anciennes (pour le moment il n’y a que le français). On peut également rechercher un document via un moteur de recherche interne ou réduire le nombre de documents par niveau (2nd, 1 ère, Terminale). Il est important de préciser qu’au moment de la rédaction de ce billet, seule la voie générale de l’enseignement dispose de ressources. (Date de création du site : 11/05/2012)

Sans titre

Cette rubrique LYCLIPEDIA propose également une sous rubrique intitulée chroniques qui propose une veille des tendances sur internet, un glossaire de notions abordées au lycée (toutes disciplines confondues) et un espace Agora. Comme son nom l’indique, c’est un espace de discussion. Il y a pour le moment deux agoras: un pour la philosophie et un pour discuter d’histoire et de géographie.

Précisons que tous les documents proposés sont sous licence creatives commons (consultation, partage, adaptation)

L’inscription sur la plateforme est gratuite (3 choix d’inscription: élève, professeur, parent)., et elle permet d’accéder aux rubriques « Réseau » et « Classeur ». Détail important: nous autres, professeurs-documentalistes sommes clairement identifier comme « professeur » (Je tiens à souligner que sur beaucoup d’ENT et notamment sur celui de notre académie, nous sommes encore considérés comme personnel non-enseignant). Les professeurs son tenus d’indiquer leur mail académique.

professeur doc

Après inscription, on accède à un onglet « Paramètres ». Cet onglet permet de régler les paramètres de confidentialité pour le partage et l’affichage des informations sur le mur ainsi que ceux de l’affichage des documents dans le classeur. Il permet également d’ajuster ses préférences. Ici on peut choisir d’autoriser l’indexation de son profil par les moteurs de recherche, de régler les notifications (mails de notification simple ou choix de regroupement des notifications dans un mail hebdomadaire). On peut également modifier les paramètres d’identification (adresse de messagerie, mot de passe).

confidentialité

La rubrique Réseau

  • Le mur fait mention de l’ensemble des activités de l’utilisateur (modification des informations, messages et commentaires postés, création ou modification de documents etc…)

Mur

  • L’onglet Information permet de se décrire. On peut d’une part donner des informations générales sur soi (Nom, Prénom, profession, établissement actuel et une description). Attention: il est parfois impossible de renseigner son établissement. En effet le choix s’effectue par une liste déroulante qui ne comprend pas (encore?) l’ensemble des lycées généraux, professionnels, technologiques, polyvalent etc… et il n’est pas possible de procéder par saisie libre. D’autre part on peut éditer son « CV » en précisant et son expérience professionnelle et son parcours d’études et de formation. On peut également renseigner ses coordonnées ainsi que ses centres d’intérêts généraux et ses centres d’intérêts scolaires.

Centres d'inérêts

centres d'intérêts scolaires

  • Enfin, mon réseau regroupe la liste des contacts, des groupes, des listes de diffusion et des agoras auxquels l’utilisateur est rattaché.

Réseau

Il est possible de créer un groupe et/ou une liste de diffusion.

créer un groupe

Liste de fiffusion

Chaque utilisateur de la plateforme a accès à son classeur.

mon classeur

Dans cette rubrique on peut:

  • Créer un document: Lyclic propose de créer ses propres documents sur la plateforme (traitement de texte ou wiki) ,de télécharger un document déjà existant (photo, fichier ou son) ou encore d’intégrer un document externe (URL ou vidéo)

types de document

♦ Le traitement de texte

créer un document

♦ Le wiki

Wiki

Il est possible d’attribuer des mots-clés à tout document crée ou téléchargé

mots clés

  • Consulter ses documents (ceux que j’ai crées et ceux que j’ai collectés)
  • Partager ses documents (j’avoue que cette fonctionnalité ne me paraît ni claire, ni simple d’utilisation. Avec qui partage-t-on? Comment?)
  • Consulter ses favoris
  • Lyclicpropose également dans la rubrique « Mon classeur » des suggestions de documents susceptibles d’intéresser l’utilisateur.

Voilà, je vous ai proposé une petite découverte de la plateforme illustrée.

Commentaires (personnels) sur Lyclic

On retrouve sur cette plateforme les éléments constitutifs du réseau social (mur, partage par le biais d’un wiki, réglage des paramètres de confidentialité etc…) dont certains rappelle beaucoup facebook et des éléments que l’on retrouve généralement sur les ENT (Classeur). On peut donc se demander si ces différents outils ne seraient pas redondants. Cependant en ce qui concerne le partage de documents, l’ENT reste un espace privé et qui concerne uniquement les membres d’un même établissement. Lyclic propose une plateforme qui s’adresse à  l’ensemble de la communauté lycéenne (à l’échelle nationale, voire plus si on considère les établissements français à l’étranger etc…). Cette plateforme se veut alors un véritable lieu de partage, d’échange et de mutualisation.

Lyclic existe depuis mai 2012. Je ne sais pas exactement si il fonctionne bien (je me renseignerai!) mais je trouve l’initiative plutôt audacieuse et intéressante.

Bravo la Lyclic team!!

L’école dans le monde qui vient: Michel Serres VS Alain Finkielkraut

Samedi sur twitter @Desert_de_sel et @Silvae ont eu une conversation sympa suite à l’échange entre Michel Serres et Alain Finkielkraut dans Répliques diffusé sur France Culture le 8/12/12, dont voici un extrait:

@Desert_de_sel sur twitter recommandait vivement son écoute pour les enseignants!

J’ai donc profité d’un moment de répit (sieste de pitchoun) et pris 52 min et 30 secondes pour écouter sur le site de France Culture la rediff’ de l’émission radio. Un pur moment!! (je fonce dès que je peux à la BM pour ré-emprunter Petite Poucette!)

Pour Michel Serres, la révolution numérique marque l’entrée dans un nouvelle ère, au même titre que la révolution de l’écriture et de l’imprimerie en leur temps. Nous sommes dans une période de bifurcation, qu’il faut comprendre. Il rappelle à ce cher Monsieur Finkielkraut (qui joue le rôle de grand-papa ronchon) que les bifurcations antérieures vers la société de l’écriture puis celle de l’imprimerie ont également été incomprises par des grands-papa ronchons de l’époque (Socrate par exemple, qui ne voulait rien avoir à faire avec l’écriture).

Il rappelle aussi à juste titre que le numérique induit chez l’apprenant la présomption de compétences (cf Petite Poucette) qu’il faut prendre en compte dans notre exercice pédagogique. C’est à dire qu’un élève peut dorénavant arriver en cours et avoir fait au préalable des recherches sur le thème du cours en question au même titre qu’un patient irait chez le médecin en ayant effectué en amont des recherches sur ses symptômes. Il faut donc un « rééquilibrement » pédagogique. Point sur lequel A.F s’oppose par la défense d’une pédagogie traditionnelle et magistrale… Bref…

Montaigne disait qu’il valait mieux une tête bien faite plutôt qu’un tête bien pleine. Aujourd’hui le web est pour Michel Serres une tête externalisée. Le rapport au savoir a changé par l’externalisation du cognitif. Notre pédagogie doit en tenir compte.

Sans rentrer dans les détails (vous pouvez réécouter l’émission ici), j’ai quand même bien rigolé, notamment à deux moment.

  • A. Finkielkraut évoque le livre de Mara Goyet, professeur d’histoire-géographie, Collège brutal, dans lequel elle dit que les chambres des adolescents d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec celle de Proust (sans blagues!), que les adolescents évoluent dans un « brouhaha écœurant » fait « d’échanges stériles et formatés« . Force est de constater que Mr Finkielkraut est tout à fait convaincu par ce discours. Ce sur quoi M. Serres lui répond qu’il est « fantastiquement ronchon » et que ce discours est haineux.
  • Autre point à retenir: Mr. Finkielkraut évoque le copier-coller. Mr Serres ne se fait pas prier pour lui faire remarquer que les citations à tire-larigot dans les thèses et autres écrits s’apparentent également à du copier-coller et qu’on n’a pas attendu le numérique pour en faire usage. Si la citation est un exercice de style, il en va de même pour le copier-coller. Et vlan! Ça c’est dit. (A propos du copier-coller et de son usage pédagogique, lire les articles de Didacdoc Du copier-coller au copier-créer, histoire d’une démarche, ainsi que Copier-coller, copier-reformuler, copier-créer : un exemple de séquence (1)  [mis en ligne le 14/12/12])

Bref, je vous invite vivement si ce n’est pas fait à écouter la rediff’ de cette émission.

Vous pouvez également lire le Discours sur la vertu tenu par Michel Serres à l’Académie française le jeudi 6 décembre 2012, dont il est fait mention dans L’école dans le monde qui vient.

Je vous renvoie également vers un entretien avec Michel Serres paru sur Libé en septembre 2011 Petite Poucette, la génération mutante.