[EAM & Mathématiques] La place de la publicité dans la presse écrite – 4ème –

DSC01050

Cette séance trouve son inspiration dans une séquence d’LN (de l’Odyssée!) Semaine de la presse et semaine des mathématiques: tout en un du 27 mars 2013.

Nous nous situons hors du contexte d’une de ces deux semaines (semaine de la presse / semaine des mathématiques).  Mais la séance proposée profite des périodiques reçus lors de la SPME.

Il s’agit au départ d’une proposition émise en salle des professeurs avec une envie de travailler avec les professeurs de mathématiques. Il s’avère de plus que cette proposition intervient au moment où les collègues concernés sont sur le point d’aborder ce chapitre avec leurs classes de 4ème respectives.

Elle est construite conjointement par le professeur documentaliste pour la première partie et par une collègue de mathématiques pour la deuxième (merci Sev’!) . Elle peut être retravaillée par les autres professeurs de maths.

Objectif de la séance:

  • [EAM] : Appréhender la place de la publicité dans la presse écrite
  • [EMI] : distinguer un message publicitaire d’un message d’information (news)
  • [Mathématiques] : Utiliser l’écriture fractionnaire comme expression d’une proportion, d’une fréquence, Présenter des données sous la forme d’un tableau, les représenter sous la forme d’un diagramme, d’un histogramme, Lire et interpréter des informations à partir d’un tableau ou d’une représentation graphique, Calculer un pourcentage

Durée de la séance: 1h

Notions: publicité

Matériel: des revues de natures variées (presse people, d’actualité, TV, jeunesse, féminine, sportive etc….)

Déroulement de la séance:

Les objectifs de la publicité

Introduction: Les objectifs de la publicité

  • Constitution des groupes (entre 3/4 élèves)  et distribution d’une revue par groupe. Les élèves réalisent dans un premier temps la carte d’identité du périodique attribué en précisant le nom de celui-ci, la date de parution, le numéro, la périodicité, le genre (presse féminine, TV etc…)
Carte d'identité du périodique

Carte d’identité du périodique

  • Puis ils remplissent le tableau de données en précisant le nombre de pages total, le nombre de pages publicitaires (on compte ici uniquement les pleines pages de publicité). Ils calculent à partir de ces données la fréquence sous forme fractionnaire simplifiée, la fréquence sous forme d’écriture décimale et enfin la fréquence en pourcentage.
Tableau de données

Tableau de données et fréquence

Certains groupes peuvent traiter jusqu’à trois périodiques.

DSC01049

  • Mise en commun des résultats: l’enseignant de mathématiques note au tableau les résultats obtenus par les groupe en les regroupant par genre de revue. Les élèves sont ensuite invités à réaliser un diagramme en bâton représentant le pourcentage de publicité par genre de périodique. Pour certains où nous avons plusieurs résultats en pourcentage, ils doivent d’abord en calculer la moyenne.

DSC01048

Remarques: Cette séance a été proposé à chacune des classes de quatrième, lorsque le chapitre avait été traité en classe. Cette mise en application « concrète » leur plait et leur permet de réinvestir des acquis disciplinaires. Les résultats sont directement pris dans le cahier d’exercice de maths, afin qu’ils conservent une trace du travail réalisé. On pourrait aller plus loin en leur proposant de calculer la proportion des types de publicité dans un genre de périodique en particulier (publicité pour des produits alimentaires, cosmétiques, sportifs, de biens culturels etc…). On peut aussi imaginer transposer cette séance à l’analyse des devantures de magasins dans une rue commerciale de sa ville (quel pourcentage de magasins d’habillement féminin, masculin etc…)

L’évaluation se poursuit en classe par la présentation des diagrammes en bâton.

Document(s) à télécharger:

La fiche élève au format word La place de la publicité dans la presse écrite 4ème -Maths-

Publicités

Séance 7: Culture Net’ – Classer l’information sur le web (Initiation) (techniques documentaires 6ème)

Pour cette 7ème (et dernière) séance, je me suis vite aperçue que la notion de classement sur le web était très complexe, peut-être trop pour des sixièmes. J’ai donc volontairement choisi de faire quelque chose de simple et d’abordable pour un « jeune » public.

Mon objectif principal est qu’ils comprennent dans les grandes lignes le principe du classement de l’information sur les moteurs de recherche. Il s’agit donc plutôt d’une initiation. Je pense que ce concept est à étayer et à approfondir avec les niveaux suivants.

Objectifs info-documentaires:

– Introduction de la notion d’indexation (indexation humaine / indexation automatique)

– Introduction de la notion de pertinence

Objectifs EAM

– Introduction à l’économie des médias: la publicité sur Google

Pour cette séance, j’ai choisi d’utiliser l’outil en ligne Padlet. Voici le lien pour y accéder: http://padlet.com/wall/yaxye50bcj (Encore une fois, je ne peux intégrer directement le document sur mon blog, car j’utilise la version en ligne de wordpress. Ou alors je n’ai pas encore trouvé comment faire. Si vous avez la solution, je suis preneuse! 🙂 )

  • J’introduis la séance avec des chiffres:

intro

Il s’agit de prendre conscience du nombre très important de pages web et du fait que ce nombre augmente davantage chaque jour. Problème: comment « classer » ces informations afin de permettre aux utilisateurs de la retrouver?

  • Je profite de cette question pour introduire la notion d’indexation. Je mentionne le catalogue documentaire du CDI à travers l’indexation humaine (je n’ai pas eu le temps de leur présenter une séance dédiée). Je leur présente, via le mur padlet des captures d’écran des champs « résumé » et « mots-clés » que nous renseignons lors de la saisie d’une notice. Concernant l’indexation automatique, je leur présente de façon très rapide le schéma proposé par Marthe au CDI, en insistant un peu sur l’analyse des mots d’une page et le stockage de celles-ci sur des serveurs. On poursuit en précisant que chaque requête d’internaute est renvoyée vers ces serveurs qui proposent ensuite une liste de résultats basée sur la concordance entre les mots-clés d’une requête et les mots analysés en amont par les robots (spiders).

indexation

indexation corrigé

A l’issue de ce premier exercice, je précise aux élèves que l’indexation humaine privilégie la qualité alors que l’indexation automatique privilégie davantage la quantité.

  • Ayant abordé précédemment le rôle des mots-clés lors de l’indexation, qu’elle soit humaine ou automatique, je peux aborder l’épineuse question de la place et du rôle de la publicité sur les moteurs de recherche et plus particulièrement sur google.

pub

pub corrigé

Grâce à une capture d’écran, on analyse la place de la publicité sur une page de résultats. Les élèves prennent alors conscience du bon positionnement de celle-ci par rapport au référencement naturel des autres pages web. Nous expliquons alors le fonctionnement du service Google Adwords par quelques questions (voir ci-dessous) et le visionnage d’une vidéo de présentation du service).

  • Pour terminer la séance, les questions de l’indexation et de la publicité étant posées, on peut alors se demander si le classement de l’information sur Google est réellement pertinent. Mais il convient d’abord de définir ce qu’est une information pertinente. Puis j’introduis les notions d’indice de pertinence et celle d’indice de popularité.

pertinence

pertinence corrigée

J’espère que cette séance aura au moins le mérite d’éveiller la curiosité des élèves, qu’elle leur permettra de prendre du recul face à la première page des résultats d’une recherche sur Google.

Ci-dessous, vous trouverez la carte mentale que je me suis élaborée, à titre préparatoire, autour de la notion d’indexation.

carte mentale indexation

Dans l’ombre de Charonne, un roman graphique de Désirée et Alain Frappier

C’est grâce aux réseaux sociaux que j’ai découvert le roman graphique Dans l’ombre de Charonne, en avril. Et directement grâce à l’auteur s’il vous plaît!

Dans l’ombre de Charonne

582299_495517623834397_493342140_n

Textes de Désirée Frappier et illustrations d’Alain Frappier, Éditions Mauconduit, 2012

Dans l’ombre de Charonne, c’est le récit de Maryse Douek-Tripier, recueilli par Désirée et illustré par Alain. Elle y raconte sa jeunesse, les différents idéaux politiques de l’époque (nous sommes entre 1960 et 1962, en pleine guerre d’Algérie) et la manifestation du 8 février 1962 à laquelle elle décide de participer, alors qu’elle n’a que 17 ans,  à Paris. Une manifestation qui va mal finir: les policiers vont faire preuve d’une violence inouïe et on dénombrera 9 morts  et 250 blessés. Maryse y a survécu, et après avoir enfoui cet évènement au plus profond de sa mémoire, elle a finalement accepté que Désirée Frappier en fasse un livre, le tout premier des éditions Mauconduit.

Ce roman graphique est « découpé » en deux parties (elles se suivent selon un ordre chronologique). Dans la première partie, le personnage principal, Maryse, replace la guerre d’Algérie dans son quotidien de lycéenne de 16 ans. On y découvre son lycée, ses amis, sa situation familiale et le contexte politique dans lequel elle évolue. La deuxième partie est axée sur la manifestation du Charonne et une évocation du 17 octobre 1961.

Le prologue quant à lui replace à la fois le contexte qui a permis à ce roman graphique de voir le jour ainsi que celui qui a poussé Maryse Douek-Tripier à livrer son récit et l’épilogue clos cet ouvrage en mettant en avant la projection débat du film « Mourir à Charonne, pourquoi? » de Daniel Kupferstein, qui a eu lieu en février 2010 à Paris et à laquelle Désirée Frappier a été invitée par Maryse. On commence et on termine donc ce récit par le temps présent.

Donc, bien sûr il sera question de la guerre d’Algérie, mais vue depuis la France et à travers le regard de la jeunesse de l’époque. On peut donc approcher de près la thématique du devoir de mémoire autour de la guerre d’Algérie, mais à travers le personnage de Maryse, on pourra également aborder des questions sociales de l’époque (mixité à l’école, la diffusion de l’information, l’engagement politique des jeunes…)

44

© Désirée et Alain Frappier

Les auteurs ont également conçu un guide d’outils pédagogiques pour accompagner ce roman graphique (voir lien en fin de billet). L’ensemble des thèmes abordés dans l’ouvrage y sont répertoriés. On y trouvera également une mise en contexte de l »œuvre et une analyse de celle-ci, le tout étant ponctué de « suggestions pédagogiques »

A titre personnel, c’est un ouvrage que j’ai beaucoup aimé… Une fois le livre terminé et fermé, je me suis précipitée sur la toile et sur ma base documentaire pour avoir de plus amples informations. Je me dis qu’il pourrait en être de même pour les élèves. Mais il me semble que l’étude de ce roman graphique  peut ne pas être seulement sa lecture alors que tout un projet (des projets?) pourrai(en)t se mettre en place autour.

Quelques pistes pédagogiques qui me passent par la tête:

  • Des recherches documentaires autour de la guerre d’Algérie, du gouvernement de l’époque, de Charles De Gaulle, de la culture des années 60 (pourquoi pas axer certaines recherches sur la mode, la musique, le cinéma [voir la référence au cinéma de Godard et à Jean Seberg en page 32]…), du lycée de Sèvres et sa pédagogie nouvelle pour l’époque etc…

67961_531919190194240_2139981541_n© Désirée et Alain Frappier

  • Travailler sur le discours médiatique à partir de la presse écrite (nombreuses références à la presse écrite relatant les épisodes évoqués dans le roman graphique) et sur la couleur politique des quotidiens d’information. Pourquoi ne pas également travailler sur l’histoire de ces quotidiens d’informations qu’ils soient nationaux ou régionaux. A ce propos on pourra ré-écouter l’émission La marche de l’histoire du 22/05/2013 consacrée à l’histoire du journal Libération ou encore feuilleter l’ouvrage de Jean Guisnel, Liberation, la biographie, paru en 2003 (La Découverte).  Pour Le Monde voir l’ouvrage de Patrick Eveno, Histoire du journal Le Monde 1944-2004, paru en 2004 chez Albin Michel. Concernant le figaro, on consultera les ouvrages de Claire Blandin, historienne spécialiste de la presse française (Le Figaro, deux siècles d’Histoire, 2007 chez Armand Colin, Le Figaro, histoire d’un journal (collectif), 2010 chez Nouveau Monde Éditions). On pourra aussi s’attarder sur le rôle de la radio et proposer le même cheminement pour ce média.

radio© Désirée et Alain Frappier

  • Mettre en place des débats sur le thème du « devoir de mémoire », de la censure dans les médias …

N.B: A propos de la censure, évocation possible de la loi sur la censure du 16 juillet 1949

  • Réfléchir à la place de la documentation dans le cadre de la réalisation d’un récit basé sur une histoire vraie (consultation des archives, recueil de témoignages …)
  • Travailler autour du genre du roman graphique: définition, caractéristiques … (le dossier pédagogique accompagnant Dans l’ombre de Charonne est une source précieuse sur ce sujet!)

Dans mes rêves les plus fous, plusieurs classes pourraient travailler autour de ces thèmes, ce qui donnerait lieu à une « exposition » collective pour partager les travaux des élèves. Pourquoi ne pas  imaginer des modes d’exposition interactifs et transmedia, avec des QR codes, des présentations interactives, des panneaux d’exposition « papier » etc…

D’autant plus qu’il est possible de rencontrer les auteurs …

Rencontrer les auteurs

les auteurs dessin

© Désirée et Alain Frappier

Désirée Frappier est inscrite à la maison des écrivains et de la littérature , MEL (Voir  sa fiche auteur). Le MEL propose une politique de co-financement: 50 % est pris en charge par l’organisme et les 50 % restants sont à la charge de l’établissement scolaire. La rencontre avec l’auteur est d’une durée de 2h, pour une classe (pas de regroupement de classes possibles). Part du MEL déduite, il faut compter aux alentours de 100 euros. En dehors de la région parisienne, l’auteure se déplace pour 4h minimum.

Alain Frappier, est quant à lui inscrit à La charte des auteurs et illustrateurs jeunesse.

Grâce aux réseaux sociaux (oui, encore eux!) j’ai pu entrer directement en contact avec Désirée Frappier qui m’a fourni bon nombre d’informations sur les modalités de rencontre (je la remercie au passage pour sa gentillesse et sa disponibilité à travers ce blog en attendant de pouvoir la remercier In Real Life!). Elle m’a donc précisé que les visites dans les établissements scolaires étaient fréquentes et qu’ils appréciaient beaucoup ces moments. Ils rencontrent des classes de 3ème (la guerre d’Algérie est au programme, sur deux heures environ certes, mais au programme quand même) ainsi que des classes de seconde (dans le cadre de l’enseignement « Littérature et société »), de première et de terminale.

Ressources pour accompagner le roman graphique dans nos CDI…

Pour mettre en avant et accompagner Dans l’ombre de Charonne dans nos CDI, voici une petite sélection de ressources qui sera certainement bien incomplète. Mais vous pourrez consulter la bibliographie de l’ouvrage qui, bien que déjà sélective et quand même bien fournie. On se contentera ici de proposer des ressources variées et adaptées à nos publics. N’hésitez pas cependant à proposer vos références par un petit commentaire 😉

Sur le web

« Dans l’ombre de Charonne » outils pédagogiques, guide réalisé par Désirée (textes) et Alain (graphisme) Frappier, décembre 2012

Dernièrement, Daniel Mermet dans son émission Là-bas si j’y suis a diffusé un reportage intitulé « Non, rien de rien, les anciens de l’OAS ne regrettent rien…« . Il s’agit d’une reportage en trois parties: première diffusion le 12 juin 2013, seconde le 13 juin 2013 et la dernière ce vendredi 14 juin 2013. Dans la première partie du reportage radiophonique, il est fait mention de la manifestation de février 1962.

Ouvrages documentaires (D) et de fiction (F)

Guerre d’Algérie, Tramor Quemeneur et Benjamin Stora, Géo, 2012 (D)

Des hommes dans la guerre d’Algérie, I. Bourgnier et J. Ferrandez, Casterman, 2010 (D)

Octobre noir, une bande dessinée de Didier Daeninckx chez Ad libris (F)

La série de BD Carnets d’orient, de Jacques Ferrandez, chez Casterman (F)

Les années 60: Rêves et révolutions, Frédéric Quinonero aux éditions Didier Carpentier, 2009 (D)

Une petite note d’information à destination de mes collègues du lycée

Pour mettre en avant ce roman graphique et tenter de convaincre mes collègues, je leur ai concocté une petite affiche de présentation. Elle leur a été transmise par mail et affichée en salle des professeurs. En attendant la suite…

flyer

Je remercie Désirée Frappier qui m’a aimablement autorisée à illustrer mon article avec des planches extraites du roman graphique.

 

Théonet, un journal scolaire numérique transmédia?

La petite histoire de Théonet

logo théonet paysage_Fotor_20130420

Théonet, c’est LE journal numérique du lycée. Le projet, encadré par mon collègue professeur documentaliste (à temps plein au lycée) existe depuis 14 mois. Le premier numéro est paru en avril 2012.

Il est porté à la base par deux élèves du lycée, Florian et François, qui au collège, avaient déjà créé un journal scolaire, mais au format papier. C’est tout naturellement qu’à leur entrée en seconde, ils ont décidé de se lancer. Ils sont donc allés à la rencontre des professeurs documentalistes. Profitant de l’ opportunité de partir sur un nouveau projet ils ont voulu créer un journal numérique.

« L’idée de créer un journal scolaire est venue de François et moi. Nous avions déjà créé un journal scolaire au collège Desaix à Tarbes, mais il était au format papier. Nous avons donc décidé de repartir de zéro – Créer un journal en phase avec son époque – c’est à dire numérique. »

Théonet c’est une rédaction composée d’un directeur de publication (la proviseure), d’une directeur d’édition, d’un rédacteur en chef, d’une vingtaine de journalistes réguliers ou correspondants, de cinq correcteurs et de 4 webmasters. L’équipe est composée essentiellement d’élèves, les enseignants ayant plutôt pour mission d’encadrer le projets et de corriger les articles avant publication. Elle se réunit régulièrement (au CDI) pour faire le bilan du numéro précédent et préparer les prochains. Le suivi des articles se fait généralement par mail, et les  fichiers sont déposés sur Dropbox.

 

chiffres

Peut-on parler d’un journal numérique transmédia?

Si on reprend la notion de « transmédia », on se rend compte qu’il s’agit d’un terme dont la définition est encore mouvante: dans « Le transmédia dans tous ses états » (Les cahiers de veille de la fondation Télécom de mai 2012), on nous précise que ce terme est souvent repris à tort et à travers par le monde du marketing et celui de la publicité. Car avec le transmédia il ne s’agit pas de proposer un même contenu sur plusieurs supports numériques distincts. Ça c’est ce qu’on appelle le crossmédia ou plurimédia. Non, avec le transmédia, on se place dans un scénario d’écriture nouvelle, et on parle de narration transmédia (ou storytelling transmedia). Henry Jenkins précise en 2003: « Une histoire transmédia se développe sur plusieurs supports médias, chaque scénario apportant une contribution distincte et précieuse à l’ensemble du récit » et que les « éléments […] sont dispersés sur diverses plateformes médiatiques dans le but de créer une expérience de divertissement coordonnée et unifiée. »

Alors peut-on dire que Théonet propose une expérience de divertissement coordonnée et unifiée? Oui, car il est présent sur plusieurs supports médias mais surtout il propose des contenus différents et/ou complémentaires sur chacun.

Faisons le tour de la présence numérique de Théonet:

  • Théonet, c’est d’abord un journal au format numérique avec une mise en page et une présentation sous forme de livre. (Utilisation d’un logiciel gratuit, Issuu) On le trouve à deux endroits: sur le site d’Issuu et sur le blog, onglet « Le journal numérique« 

journal numérique

  • Théonet, c’est aussi un blog (réalisé via Blogger, service de Google).  Il est organisé autour de plusieurs rubriques: accueil, le journal numérique, cinéma, les nouvelles technologies (je ne dirais pas lequel des deux F. est friand de nouvelles technologies et fan inconditionnel d’Apple, il se reconnaitra!), Web série, Théonet Live (toutes les actualités du lycée), A vos agendas (les actualités au sein de l’établissement et les actualités culturelles locales) Qui sommes-nous?

blog

P.S: on remarquera dans la rubrique « Théonet Live » la « publicité » pour les séances sur le harcèlement et le cyber-harcèlement 🙂

  • Théonet, c’est aussi une chaîne You Tube qui propose: les interviews filmées, les épisodes et bêtisiers de la web série, les bandes annonces de chaque nouveau numéro…

you tube

Bon en fait, c’est encore eux qui se présentent le mieux!

Focus sur la web série

L’idée d’une web série a germé dans la tête de nos apprentis journaliste au moment où ils ont souhaité augmenter leur audience au sein du lycée.

« L’idée d’une web série est apparue avec ces questions: Quelles sont les personnes qui ne lisent pas Théonet? Pourquoi ne lisent-elles pas Théonet?  Comment créer quelque chose d’intéressant et de divertissant? »

C’est donc une sorte de valeur ajoutée et une singularité du journal numérique du lycée, son but étant de divertir mais également d’attirer de nouveaux lecteurs. Autant dire que grâce au premier épisode, Théonet a fait le « buzz » au lycée, autant du côté des élèves que des enseignants.

« Notre hypothèse s’est révélée juste: 700 vues pour notre web série en seulement quelques jours, 800 pages vues sur notre page web seulement 24h àprès le lancement de notre n°8« 

Voilà donc le premier épisode de la web série « Inside Théonet », réalisé entièrement par les élèves.

Et ce n’est pas fini…

Ultra motivés, ils tentent de créer une version de Théonet pour tablettes numériques tout en étant pleinement conscients de la difficulté du projet et de la complexité de la distribution d’une telle version.

 » Les vidéos et les interviews seront intégrées dans le corps du texte« 

De mon côté, je les côtoie régulièrement au CDI et je profite de ce billet pour encore une fois les féliciter et les encourager dans leur projet. Je les vois s’investir au quotidien, sans délaisser les cours et leur travail personnel. Ils ont tout mené de front, T.P.E, épreuves du bac etc… Suivi de la déception lors des résultats nationaux du concours Varennes… Mais ce n’est que partie remise, ils y reviendront l’an prochain!

Une petite précision « juridique »: nos élèves sont très soucieux des questions relatives au droit d’auteur. Ils choisissent soigneusement les images / bandes sonores sur des sites proposant des œuvres « libres de droit » (Flick’r, Wikimédia commons, Jamendo pour la musique des vidéos). Le droit à l’image des lycéens est scrupuleusement respecté (autorisations distinctes pour les mineurs et pour les majeurs).

Publicité et Internet: souriez, vous êtes ciblés! SPME 2013

Pour la semaine de la presse et des médias à l’école (SPME pour les intimes) 2013, j’ai proposé à une collègue du lycée, prof de SES de bosser sur les médias. Ça tombe bien pour elle, elle va justement aborder la publicité dans le cadre du programme de seconde.

Je ne savais pas trop comment aborder cette séance: un travail autour de l’histoire de la publicité? La publicité dans la presse écrite? Exploiter le DVD-Rom  du CLEMI « Les médias font leur pub! » (SPME 2013) ? Il y a pas mal de façon d’aborder ce sujet. La seule restriction, c’est le temps: il s’agit d’une séance de 2 heures. On ne peut donc pas être exhaustifs. On part donc sur l’idée d’une initiation, d’une découverte avec comme but principal de mener les élèves à se poser des questions.

Le programme de 2nd en SES  stipule: « On s’interrogera sur l’influence de la mode et de la publicité sur les comportements de consommation. » Sachant qu’aujourd’hui la publicité est partout, qu’elle est ciblée et qu’elle suit (ou dicte?) nos comportements de consommation, il m’a semblé intéressant d’aborder la problématique de la  publicité sur internet. Nos élèves sont (pour la grande majorité)  des usagers d’internet et des réseaux sociaux. Autant dire qu’ils sont confrontés à la publicité au quotidien, sur leur ordinateur, smartphone, tablette… Mais est-ce qu’ils savent comment tout cela fonctionne? au niveau technologique, numérique et surtout déontologique? Acceptent-ils le fait de devenir des panneaux publicitaires numériques ambulants? Quelles données les concernant, nous concernant, sont utilisées? Comment se protéger et laisser le moins de traces possibles?

Il s’agit donc pour les élèves de développer une attitude critique et réfléchie vis à vis de l’information disponible et d’analyser la place de la publicité sur internet, après avoir rapidement énoncé les principales caractéristiques de la publicité et de sa place dans les médias.

J’ai opté pour une présentation qui prend la forme d’un prezi.

publicité er internet

Malheureusement je ne parviens pas à insérer le prezi directement dans le billet, donc il ne s’agit que d’une capture d’écran. Mais rassurez-vous, il est disponible ICI ! 🙂

Au fur et à mesure de la présentation, les élèves sont invités à se rendre sur le parcours Jog The Web et renseignent le questionnaire Publicité et réseaux sociaux « Souriez, vous êtes ciblés! »  (Les pages et questions sont précisés sur le prezi)

Cette séance peut également être présentée au collège: j’envisage de la proposer à des classes de 3ème.

Toute idée étant bonne à prendre, n’hésitez pas à  laisser vos commentaires! Bonne SPME 2013!

 

Mise à jour mars 2015:

Je ne suis plus en lycée depuis 2 ans, mais des collègues m’ont signalés que le parcours Jog the Web n’est plus actif. On voit bien là les limites d’une entrée par les outils! D’autant plus que je ne mets plus la main sur le document qui aurait pu compiler l’ensemble des liens proposés dans ce parcours.

Voici donc une proposition de ressources en ligne alternative pour chaque question du questionnaire:

Question 1: les types de publicité en ligne

http://faireunsite.net/les-differents-types-de-publicite-sur-internet/

http://www.optimisaweb.com/bannieres-publicitaires.php (ici pour les bannières, donc voir les autres rubriques, à gauche)

Question 2: Google Adwords

https://www.google.fr/adwords/how-it-works/

https://support.google.com/adwords/answer/1704371?hl=fr , https://support.google.com/adwords/answer/2497976?hl=fr

http://wpformation.com/adwords-google-pour-les-nuls/

Question 3 et 4: Facebook Ads

https://fr-fr.facebook.com/advertising/

Question 5: les sponsored stories (Facebook)

http://www.emarketinglicious.fr/social-media/comment-utiliser-sponsored-stories-facebook-pour-promouvoir-votre-entreprise

Cependant, il faudra actualisé cette question, car les sponsored stories ne sont plus d’actualités: http://wearesocial.fr/blog/2014/01/la-fin-programme-des-facebook-sponsored-stories/

Question 6 et 7: L’avis d’Henri Verdier sur les sponsored stories

http://www.henriverdier.com/2011/01/facebook-sponsored-stories-quand-la.html (pour le coup, il s’agit du lien initial, mais pour la même raison que citée précédemment, ces questions peuvent être supprimées, modifiées)

Question 8 et 9: les cookies

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/ (idem, lien initial)

Question 10: expérience

http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/experience/ (idem lien initial)

Cette séance, qui porte sur une thématique qui a évolué depuis 2013 et qui a vocation à l’être davantage, doit être actualisée. Il vous faudra donc reprendre les questions proposées, les adapter, les modifier à votre aise. Idem pour les liens que je propose dans cette mise à jour.

Si vous avez l’intention de mener une séance sur ce thème en lycée et vous avez des ressources plus pertinentes que celles proposées, n’hésitez pas, partagez!

 

La Une d’un quotidien papier

Euphorie d’une stagiaire pendant sa première année d’exercice. Je me revois encore dans ce CDI (poussiéreux et recouvert de moquette couleur moutarde sur les murs), à me demander ce que je vais bien pouvoir concocter pour la semaine de la presse!!!

Comme je l’ai décrit dans le billet précédent, j’avais proposé aux collègues un « panier » de 3 séances autour de la presse écrite. Sur les 3, seuls « La Une d’un quotidien » et « Les métiers de la presse écrite » ont relativement bien fonctionné. Et « La Une d’un quotidien » s’est classé première dans le box-office des séances SPME.

Pour cette séance j’ai en général consacré une heure et une seule pour présenter la Une d’un quotidien de façon brève (parce qu’en réalité on sait bien que c’est pas une heure de séance, ni même les 55 minutes imparties, mais moins si on compte l’installation des élèves, la mise au travail etc…)

Voici le déroulé type de cette séance:

  • Présentation d’une Une de quotidien à partir du document d’appui (La Une d’un quotidien). Par manque de moyens technologiques dans ce collège (dans le cas présent, absence d’un vidéo projecteur libre et d’un P.C portable libre et salle informatique surbookée!) j’ai imprimé la Une que j’avais réalisé sur format A3 et je l’ai épinglée au tableau (bien entendu j’avais pris soin d’installer les chaises autour de tableau, en arc de cercle, histoire que tout le monde puisse voir).
  • Constitution de groupes de 4 élèves maximum et distribution d’une Une par groupe de travail. J’avais également prévu des Une au format A3, en couleur (je remercie encore le collègue ULIS qui m’avait gentiment prêté son matériel d’impression!) datée du même jour (Libération, Le Monde, le Figaro, Les échos, La Dépêche du Midi, Ouest-France, Métro, 20 minutes etc…)
  • Réflexion commune du groupe autour des questions suivantes: Quel est le titre du quotidien? Est-il gratuit ou payant? Est-il national ou régional? Quelle est l’information principale? Quelles sont les informations secondaires? Chaque groupe repére très rapidement les éléments de la Une décrits précédemment (La manchette, le bandeau, la/les oreille(s), le gros titre, les sous titres etc…)
  • Phase de restitution: chaque groupe vient présenter rapidement sa Une et l’accroche au tableau. Une fois que tous les groupes sont passés, on peut discuter de la variété des quotidiens (et au passage leur expliquer que le nombre de quotidiens écris et imprimés  a diminué!), appréhender la notion de « couleur éditoriale » etc…

L’an passée, je n’ai pas participé à la SPME (pour cause de congé mat’). Cette année je me réjouis encore de cette semaine de la presse et des médias à l’école et je compte bien développer ces néo-séances. Notamment celle sur les métiers de la presse écrite (j’ai ma petite idée, encore faut-il vérifier si c’est jouable!).

Les métiers de la presse écrite

Lors de mon année de stage (en collège), j’avais mis en place un « corpus » de 3 séances pour la SPME, autour de la presse écrite.

  • Les métiers de la presse écrite
  • La Une d’un quotidien
  • Diversité et périodicité  de la presse écrite

Vous trouverez ici le diaporama les métiers de la presse écrite ainsi que le lien vers le prezi.

Licence Creative CommonsCe(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 France.