[2014/2015] Séquence 1, séance 2 – les espaces informationnels du collège: l’ENT –

J’ai pris du retard sur la publication de mes séances de l’année. Comme je l’avais expliqué ici, je les reprends parfois partiellement par rapport à l’an dernier ou totalement.

Concernant cette séance sur l’ENT , il y a quelques petits changements . Je mets de côté la partie consacrée à PMB. Nous l’aborderons, en contexte, lors de recherches en interdisciplinarité avec les collèges d’histoire géographie.

Cette séance est complémentaire de celle menée, presque en même temps, par mon collègue de technologie. Il aborde plus particulièrement les aspects personnels de l’ENT, les services qui y sont associés et il leur parle du serveur de l’établissement où sont hébergés les contenus de l’ENT (hébergement en ligne)  En EMI, nous focalisons notre attention sur l’architecture de l’ENT (architecture de l’information) de façon très simple. Il s’agit de comparer les rubriques du menu en mode public et en mode privé. En terme de niveau de formulation attendu je souhaite qu’il puisse identifier l’A.I comme l’organisation de l’information dans un site Web et qui participe à l’orientation de l’usager dans celui-ci.

Objectifs de la séance:

  • Appréhender l’aspect public / privé de l’ENT
  • Découvrir l’architecture de l’information sur l’ENT en mode public et en mode privé et en appréhender son caractère évolutif

Durée de la séance:

  • 1h + 1h (évaluation)

Notions:

  • ENT / architecture de l’information

Support séance: un document recto-verso à compléter au fur et à mesure des activités. La fiche est sensiblement différente de celle de l’an passé. Mais je ne l’ai plus sous la main en format numérique. Il faudrait que je la refasse mais je manque cruellement de temps. Je la scannerai et la mettrai à disposition ultérieurement. Le principal changement réside dans le fait que la deuxième activité est représenté sur cette fiche élève par deux colonnes (espace public / espace privé) et le « squelette » des rubriques et sous-rubriques de la rubrique principale « espace CDI » sous forme de rectangles à compléter.

Déroulement de la séance:

  • Je débute la séance en leur expliquant que ce qui va être vu est complémentaire de ce qu’ils ont déjà fait avec le professeur de technologie. Je leur demande de m’en parler  :hébergement des données de l’ENT sur le serveur de l’établissement, accès à des services internes personnels (messagerie, le cahier de texte et à des services externes personnels (pronote) ou à des ressources payantes externes auxquelles l’établissement est abonné (Le site.tv par exemple). Nous remplissons le cadre introductif et faisant office de rappel par rapport à ce qu’ils savent déjà (et ils me donnent les termes exacts immédiatement)
  • Je précise que lors de cette séance nous allons parler d’architecture de l’information sur l’ENT, en ce qui concerne l’organisation des rubriques. Et j’use de la comparaison avec l’architecture physique (dimension spatiale de l’A.I) en prenant l’exemple simple d’une maison avec façade et porte d’entrée, et un grand couloir desservant les différentes pièces de la maison. (Je précise, car un élève m’a demandé que cela posait problème si on comparait avec un loft…)
  • Un temps de 5 minutes me permet de leur expliquer les consignes : ils doivent réaliser la première partie de l’activité en accédant à l’ENT en mode public (donc sans connexion). Ils reportent en rouge les noms des rubriques principales et en vert le nom des sous-rubriques de l’ « espace CDI ». Ils réalisent ensuite l’exercice en mode privé (en se connectant). Les sous-sous rubriques seront notées en bleu.
  • Mise en activité des élèves qui se connectent au réseau pédagogique et se rendent sur la page d’accueil de l’ENT par petits groupes (2/3 élèves).

De petits pièges se sont glissés dans le déroulement de la séance. En effet, entre la création de la fiche d’activité et le calendrier de réalisation de la séance avec l’ensemble des groupes (sur 15 jours), j’ai créé de nouvelles sous-rubriques et sous-sous-rubriques au sein de la rubrique mère « Espace CDI ». Il manque donc des cases dans la fiche d’activité. Ce que je prenais dans un premier temps pour un problème (puisque ma fiche était faussée), est devenu un avantage permettant de soulever la question du caractère évolutif, non stable de l’architecture de l’information sur le Web. Notamment avec l’ENT, qui permet l’ajout / la suppression de « briques » de façon aisée.

  • Un temps de remédiation collectif en fin de séance permet aux élèves de faire part de leurs remarques entre les rubriques en mode public et privé.
  • Pour conclure, je leur projette les pages d’accueil de deux autres sites (1 jour 1 actu et Vinz et Lou) qui présentent des rubriques organisées différemment. Sur l’une les rubriques principales sont disposées à l’horizontale et les sous-rubriques n’apparaissent que lorsqu’on passe la souris sur l’une d’elles. Sur l’autre il s’agit d’un système de rubrique en vignettes et avec un système de couleur en page d’accueil, et d’une organisation des  rubriques à la fois horizontale (rubriques principales) et verticale (sous-rubriques et al) lorsque l’utilisateur est sur une page du site.

Évaluation:

J’ai souhaité une évaluation… créative! L’idée m’a été soufflée par un échange de mails avec AWebDoc.

Je demande aux élèves de créer une page d’accueil de site Web fictive, en partant de leur(s) passion(s). Cette page d’accueil doit présenter un titre et des rubriques (et/ou sous rubriques) organisées, des illustrations, des « widgets » (moteur de recherche interne, compteur de visite …).

L’exercice peut être réalisé selon diverses modalités et j’en ai testé quelques unes:

  • En salle informatique (pas assez de postes au CDI pour un travail individuel et machines qui rament parfois beaucoup, beaucoup, beaucoup…): les élèves utilisent un logiciel de traitement de texte (ici word, car ayant des fonctionnalités assez intuitives et déjà utilisées en technologie). Il s’agit d’orienter la page en mode paysage, d’insérer des formes, des images (enregistrées au préalable dans un dossier électronique), de jouer sur les couleurs… Le document est ensuite déposé sur l’ENT, dans le cahier de texte en ligne. En cas de force majeur, ils sont enregistrés sur une clé USB.
  • Au CDI, une feuille blanche est distribuée, orientée en mode paysage et il s’agit de faire usage de ses feutres et crayons. Des images peuvent être imprimées en couleur pour illustrer la page d’accueil, ou simplement dessinées.
  • A quelques reprises, j’ai donné ce travail à réaliser « à la maison ». Certains l’ont réalisés en autonomie au CDI. Certains sur papier, d’autres grâce à des outils numériques. Le choix opéré entre support papier ou support électronique pour réaliser l’exercice n’est pas discriminant.

Je n’ai pas encore évalué toutes ces réalisations, que je récupère au fur et à mesure. Je songe parallèlement demander aux élèves d' »évaluer » par groupes les réalisations d’autrui. Les plus « réussies », c’est à dire répondant aux critères d’évaluation seront exposées au CDI et en ligne, sur l’ENT.

Critères d’évaluation:

  • Le site a un nom / un titre
  • Les rubriques principales sont organisées et présentées au même niveau de lecture
  • Les titres des rubriques principales correspondent au titre, et décrivent explicitement le contenu (fictif) correspondant
  • Aspect « design » (cohérence des couleurs, polices, taille de police…)

 

Bilan: une séance qui fonctionne assez bien, complémentaire de celle du professeur de technologie. Les élèves semblent apprécier dans l’ensemble l’évaluation qui leur a été demandée.  Une chose que je n’ai pas faite cependant: je leur ai donné la grille d’évaluation la plupart du temps une fois la page d’accueil réalisée. Je pense que si je leur avait explicitement précisé l’objectif visé en terme d’évaluation, cela en aurait peut-être aidé certains à mieux appréhender l’exercice.

 

Lundi, couscous (et pas jeudi, à titre exceptionnel)

J’ai été retenue pour la deuxième fois lors du Masse critique de Babelio, qui était ce mois-ci dédié à la littérature jeunesse. J’ai reçu Lundi, couscous de Lorris Murail.

tous les livres sur Babelio.com

A peine reçu, à peine lu. Un de ces matins où on se lève aux aurores à cause d’un petit être lève-tôt.

Ce coup-ci, je n’ai pas eu droit à ma petite dédicace sur la page de titre! Mais j’ai passé un moment plutôt agréable, autour d’un sujet que j’affectionne. L’acceptation de l’autre, de l’étranger…

Arno (avec un « o », pas « Arnaud » ou « Arnault » ni même « Arnaut »), est en 4ème (La 4e2, dite aussi la IVeII), et trouve que quelque chose cloche dans son collège depuis quelques jours. Et ce n’est pas cette journée étrange qui va arranger les choses. Pourquoi lui demande t-on de trier des livres selon des critères hasardeux? Pourquoi le prof d’histoire-géo devient tout à coup ultra chauvin? Pourquoi le prof de maths commence t-il a faire son cours avec des chiffres romains (mince, pas de zéro dans ce système numérique!)? En réalité, il se doute fort bien de ce qui se trame, mais personne ne dit rien, on dirait qu’il n’y a que la bouffe qui les intéresse, car le jeudi, normalement c’est coucous, mais ce jeudi, ben, c’est langue de boeuf…  Et pourquoi la journée se termine t-elle par le montage de l’estrade qu’on ne sort normalement que pour la fête de fin d’année, en juin et non pas en octobre…

Un roman court,  peut-être trop léger par moment, mais qui aborde la question du racisme, de la mixité avec humour (J’aime beaucoup le 9ème chapitre!). L’action se déroule essentiellement au collège, et le CDI et la documentaliste ont une place de choix dans ce roman. Mme Anselme, personnage sympathique qui décide d’appliquer à elle les principes des trois singes de la sagesse…

Même si on suppose que le dénouement est difficilement réaliste, il n’en reste pas moins que ce court roman représente à mes yeux une petite pépite pour faire passer un message sur un sujet délicat, et qui plus est, plaira probablement à des petits lecteurs.

Pour le maintien de l’école Monein Castet

Une fois n’est pas coutume, j’use de ce blog professionnel pour partager une action de parents d’élèves, dont un est un membre de ma famille. Vous pouvez passer votre chemin, ou au contraire partager!

L’école de Monein Castet est une école rurale, comptant 22 élèves regroupés dans une classe unique. Et oui, il existe encore des écoles avec classe unique. Même si je n’y ai moi-même jamais été confrontée, j’ai connu beaucoup de gens, vivant dans la vallée, proche de chez moi, qui ont été scolarisés en classe unique en maternelle et primaire. Et si ces écoles n’existaient pas, je crois qu’aller à l’école serait très compliqué pour certaines familles, vivant dans des endroits isolés et parfois loin des villes. Pour peu qu’il neige, rejoindre le premier grand village ou petite ville du coin peut devenir un parcours du combattant.

On parle de classe unique lorsqu’une école « ne comporte qu’une seule classe, regroupant […] plusieurs niveaux »¹. Selon les statistiques parues dans la référence citée ci-avant, on comptait 11 449 écoles à classe unique en 1980 et 3302 en 2013. Moins une bientôt? (et peut-être plus).

L’école de Monein Castet existe selon les registres depuis 1890. Depuis 23 ans, Claude Gonzales, l’instituteur, y applique des méthodes pédagogiques alternatives. On pourrait donc, selon Bernard Collot, qualifier cette école de 3ème type. Sur son site, il nous explique de quoi il retourne:

L’école du 3ème type est une conception globale de l’école dans une unique finalité: contribuer à la construction de l’enfant en adulte autonome, disposant des outils de l’autonomie pour être et agir dans une société où il ne sera pas passif. Si elle découle des pédagogies active et Freinet dont elle prolonge les logiques, elle s’appuie sur une notion différente des langages et de leur construction (langages oraux, écrits, mathématiques, scientifiques, manuels, corporels, artistiques…). Ce sont des outils neurocognitifs interprétant et produisant des informations et des représentations ainsi que leurs expressions. Ils permettent l’appropriation des connaissances et leurs mises en action dans des savoir-faire et des savoir-être. L’essentiel est donc dans les conditions qui favorisent leur construction et leur évolution. […] L’école du 3ème type est donc un système vivant. […] De par sa structure dissipative et l’auto-organisation qu’elle permet, les apprentissages informels se substituent aux apprentissages formels. Les constructions des langages se réalisent à partir des projets individuels ou collectifs des enfants, quels que soient ces projets. L’enfant, en interaction avec son environnement, en interrelation avec les autres enfants et adultes, est la source de ses apprentissages. Il n’y a pas de programmes, pas d’évaluations autres que celles naturelles qui s’opèrent dans le concret du déroulement de toute activité pour la réaliser et avancer, pas d’échéances.²

Cette petite école du Béarn propose une alternative aux parents désireux de proposer une scolarité maternelle et primaire d’un autre type à leurs enfant, au sein de l’enseignement publique. Car il s’agit bien d’une école publique³. Il est arrivé que certaines familles s’installent précisément dans le coin pour pouvoir offrir cette alternative à leurs enfants.

Le 15 octobre 2014, les parents ont appris que la municipalité avait décidé de fermer l’école de Castet à la fin de l’année scolaire 2014/2015. La rénovation des locaux (essentiellement de la deuxième salle qui est nécessaire suite aux nouveaux rythmes scolaires) représente une charge budgétaire trop lourde selon la municipalité. Il est reproché, par les parents, habitants, anciens élèves, le manque de concertation autour de cette décision soudaine.

Et voici comment l’action pour le maintien de l’école de Monein Castet s’est mise en place, avec renvoi vers les liens utiles.

 

monein castet

Voilà ma modeste participation à cette action. L’école est un droit mais le choix de ce que l’on souhaite pour ses enfants également. Une décision de cette mesure, ayant des impacts, à faible échelle certes, mais tout de même, sans concertation, sans débats possibles me semble hasardeuse et non démocratique. En espérant qu’une solution positive puisse être l’issue de tout ceci…

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

¹Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche – 2014, Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

² Pour en savoir plus sur les écoles du 3ème type, voir le site de Bernard Collot: http://b.collot.pagesperso-orange.fr/b.collot/index2.htm

³ A ce propos, lire le reportage de Delphine Roucaute sur LeMonde.fr du 15 septembre 2014 « La méthode Freinet: une pédagogie innovante au cœur de l’école publique« 

Evaluation EMI 6ème

Voici l’évaluation que je vais tenter de valider rigoureusement cette année avec les élèves de 6ème, dans le cadre des séances d’EMI.

Je souhaite qu’il y ai une évaluation pour permettre de concrétiser (et légitimer?) cet enseignement  , de proposer des remédiations tout au long des apprentissages.

Je pense que les modalités d’évaluation seront variées, parfois formelles parfois informelles.

 

Grille d’évaluation EMI 6ème (.odt)

-Grille d’évaluation EMI 6ème (pdf)

Progression EMI 6ème (2014/2015)

Cette année, je reprends en grande partie ma progression de l’an passé (et donc des séances que j’ai déjà expérimentées)

Je vais conserver en grande partie les séances telles quelles, avec de légères modifications. Il y en a d’autres que je vais entièrement ou partiellement reprendre.Ici je détaille pour l’instant  la première séance, qui ne bouge quasiment pas. Si le cas se présente pour d’autres séances, je ferai de même. Sinon il y aura  de nouvelles séances sur ce blog.

Dans tous les cas, je vais tenter de travailler davantage ma posture d’enseignante, de la faire évoluer, de la rendre moins magistrale. Je me suis rendue compte que les élèves sont plus réceptifs, plus actifs lorsqu’ils sont en activité et acteurs de leurs apprentissages.

Les séances d’EMI en 6ème sont inscrites à l’emploi du temps des élèves. (J’ai donc eu un emploi du temps le jour de la pré-rentrée, mais ça c’est une autre histoire [teaser]...). J’ai commencé dès le milieu de la semaine de la rentrée. J’ai  du temps et je peux faire face aux divers facteurs qui pourraient conduire à l’annulation de certaines séances (mais comme d’autres séances disciplinaires). Je laisse donc le temps… Avec certains groupes nous ferons en 40 minutes ce que l’on fera en 60 avec un autre et vice-versa. Ce rythme  doit aussi nous permettre d’échanger de façon plus ouverte, plus spontanée. Enfin, on va essayer.

  • Séquence 1: les espaces informationnels du Collège (espaces informationnels)

–  Le CDI et le professeur documentaliste : je conserve en l’état cette séance, hormis le fait que pour la deuxième partie (le professeur documentaliste) je n’utilise plus les deux documents « humoristiques ». Dans les deux cas, je ne demande plus aux élèves de noter au préalable leurs mots dans l’encadré. Ils y réfléchissent et se lèvent directement pour les inscrire au tableau. La seule consigne, c’est qu’il y en ai au maximum deux debout en même temps, pour éviter les embouteillages.

– Les espaces informationnels numériques du collège: l’ENT

  • Séquence 2: Document, information, source

–  Un document c’est quoi? (document)

– Les formes de l’information (information)

–  C’est qui ta source? (source, auteur)

  • Séquence 3: Média culture (média)

– Typologie des médias (périodicité)

– Économie des médias (publicité en ligne, ciblage publicitaire)

  • Séquence 4: Culture Net’ (navigateur de recherche, moteur de recherche, internet, web)

– Internet et du web

– (Re)Découvrons Google

  • Séquence 5: Classer l’information

– Classer : pourquoi? comment? (classement) 

– Classer le Web? (indexation)

 

[Lecture] Sous haute dépendance, d’Ursula Poznanski

Je suis en train de terminer Sous haute dépendance, d’Ursula Poznanski (chez Bayard jeunesse). Il fait partie de la première vague de la sélection du prix Babelio du Tarn 2014/2015.

C’est l’histoire d’un jeune lycéen anglais, Nick qui ne comprend pas l’attitude de ses camarades depuis qu’un boîtier noir circule dans un cercle restreint d’élèves de son lycée, jusqu’au jour où il s’en fait remettre un… Et il devient addict à ce fameux jeu, Erebos, qui te parle, te confie des missions In Real Life, et t’éjecte quand tu le déçois…

Je dois dire qu’au départ, je n’étais pas très convaincue. Quand on me la « vendu », je ne l’avais pas lu, mais le thème général me semblait intéressant (addiction au jeu vidéo) pour des collégiens gamer ou pas. Mais j’avais un peu peur de tomber sur quelque chose d’un peu moralisateur.

J’ai d’ailleurs eu cette impression durant les premières pages, mais en arrivant sur la fin, je me dis que finalement non. Ou que si ça l’était, une intrigue plus poussée l’a démenti. Et surtout, on y cause d’intelligence artificielle, de test de Turing, et là je me dis qu’il y a un potentiel pour causer informatique, numérique, éthique d’Internet, collecte des données avec les élèves. Car tout ce qui paraissait un peu « surnaturel » dans le scénario a en fait une explication. Je m’imagine déjà en train de papoter autour de ce livre avec les élèves qui l’auront lu pour pouvoir au besoin les amener à détailler davantage ce qu’est le test de Turing, car soyons clair, je me vois mal faire un cours sur le sujet à des collégiens. Mais pour leur culture générale, j’aimerai bien qu’il sache de quoi il s’agit, de quand date cette pensée de l’intelligence des machines.

Ce roman permet également de poser la question de la collecte des données personnelles. Bon, personnellement, j’avais vite compris que le jeu Erebos avait un quelconque système de collecte de données, même s’il aura fallu du temps aux personnages pour s’en rendre compte. Et j’ai pensé au test de Turing avant même de le voir écrit noir sur blanc. Mais c’est parce que, de part mon métier, je suis sensibilisée à ces questions et qu’elles m’intéressent même au-delà. Mais voilà vraiment une occasion d’aborder ces questions de façon plus ou moins formelle avec les élèves.

Et puis on peut toujours envisager, après cette lecture, d’orienter les élèves vers des lectures plus « classiques » et je pense ici notamment à 1984 de G.Orwell.

P.S: par contre, je ne suis pas vraiment fan de l’illustration de couverture. Je pense que c’est d’ailleurs pour ça qu’il a été un des derniers lus de ma caisse de lecture (pour le boulot) de l’été.

P.S 2:  niveau booktrailer, on pourrait s’amuser…

Ces livres de l'été qui pourraient faire l'objet d'un petit billet... ou pas

Ces livres de l’été qui pourraient faire l’objet d’un petit billet… ou pas